Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 18:25

 

 

 

 

 

 

http://www.la-croix.com/ 12/2/14 - 17 H 54

 

La présidente de transition, Catherine Samba-Panza, a appelé les milices anti-balaka, en majorité chrétiennes, à cesser de tuer les civils musulmans

 

Nul n’imaginait que le drame centrafricain trouverait, après l’intervention française et le départ du président Michel Djotodia, une issue immédiate, pacifique et démocratique. On savait que la route serait longue et semée d’embûches. La crise humanitaire perdure : plus d’un million de personnes ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate. Mais, surtout, le pays s’est engouffré dans la spirale délétère de la vengeance. En riposte aux exactions commises par les milices Séléka majoritairement musulmanes qui soutenaient l’ancien président, c’est au tour des milices chrétiennes de se livrer au pillage et au meurtre contre la communauté musulmane, minoritaire, qui a le grave tort à leurs yeux d’être venue d’ailleurs. Cette reproduction symétrique de l’horreur conduit Amnesty International à dénoncer une « épuration ethnique », même si le terme n’est pas totalement approprié, tant les ethnies sont de fait mêlées.

 

Voir l’appartenance religieuse ainsi associée à des violences atroces scandalise. Bien sûr, les raisons politiques, sociales, ethniques ou crapuleuses ne sont pas absentes de ces règlements de compte – parfois la religion a bon dos pour désigner un coupable –, mais comment accepter que le Dieu auquel ces miliciens disent croire soit ainsi éclaboussé de sang ? On ne peut qu’en admirer davantage l’immense énergie déployée par les autorités catholiques, protestantes et musulmanes pour prôner la réconciliation et demander le soutien international afin de séparer les frères ennemis. Dans le même temps, d’ailleurs, c’est dans des églises et dans des mosquées que les civils pourchassés cherchent refuge.

 

Les images de Centrafrique, comme celles du Rwanda il y a vingt ans, obligent à s’interroger sur ce que le christianisme a pu enseigner aux peuples à qui l’Évangile a été annoncé. Elles nous adjurent de soutenir l’engagement de tous les hommes de bonne volonté qui résistent à la tentation barbare, sans mégoter notre aide. Elles nous invitent à questionner avec humilité nos propres actions, ici et ailleurs, en faveur de la paix, de l’accueil de l’autre, différent ou étranger, de la réconciliation.

 

Dominique Quinio

La Centrafrique dans la spirale de la vengeance

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com