Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 17:29

 

 

 

 


BRAZZAVILLE AFP / 27 février 2014 13h58 - Le coordonnateur autoproclamé de milices d'autodéfense chrétiennes anti-balaka en Centrafrique a été arrêté mardi dans le nord du Congo, puis transféré à Brazzaville, a-t-on appris jeudi auprès d'une source policière congolaise.


Ancien ministre sous le régime Bozizé, ancien député, Patrice Edouard Ngaïssona s'était autoproclamé chef des anti-balaka. Il a été arrêté avec deux de ses collaborateurs.

L'arrestation de M. Ngaïssona s'est faite sans heurts, a précisé à l'AFP une source policière s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Il s'est presque rendu. Actuellement, il est gardé en lieu sûr dans la capitale (Brazzaville).


La région de la Likouala (nord), lieu de son arrestation, est séparée de la Centrafrique par le fleuve Oubangui. Elle accueille depuis fin 2013 plus de 11.000 réfugiés centrafricains (chrétiens et musulmans confondus), selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés.


Jeudi, le quotidien pro-gouvernemental Les Dépêches de Brazzaville affichait en Une une grande photo de M. Ngaïssona.


A l'annonce de cette information, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) a remercié vivement les autorités congolaises pour leur soutien et leur a réitéré sa reconnaissance pour leur contribution à la promotion de la paix, de la stabilité en RCA, indique le journal.


L'arrestation de ce responsable des anti-balakas et de ses collaborateurs, a été précédée de celle de huit autres chefs de milice du même groupe, poursuit le quotidien, disant citer un communiqué de la Misca.


M. Ngaïssona a été député à l'Assemblée nationale et président de la Fédération centrafricaine de football, avant de diriger le ministère de la Jeunesse sous le régime du président déchu François Bozizé (2003-2013). Il s'est ensuite autoproclamé chef des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka.


La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat en mars 2013 de Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, à dominante musulmane. Devenu président, Djotodia a ensuite été contraint à la démission le 10 janvier pour son incapacité à empêcher les tueries entre ex-Séléka et anti-balaka.


Les violences ont déplacé près d'un million de Centrafricains, sur une population totale de 4,6 millions d'habitants, provoquant une crise humanitaire sans précédent dans un pays parmi les plus pauvres du continent, malgré son potentiel agricole et minier.

Le Congo est très impliqué dans la crise centrafricaine.


Le président congolais Denis Sassou Nguesso assure une médiation depuis janvier 2013 et son pays a déployé un millier d'hommes dans la Misca.


La Misca, dirigée par le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, compte en tout 6.000 hommes, et le Congo y dispose du plus gros contingent. Elle est appuyée par les 2.000 français de l'opération Sangaris.


Pour sa première visite à l'extérieur, Catherine Samba Panza, présidente de la transition en Centrafrique, a séjourné du 8 au 9 février à Brazzaville.



(©) 

Centrafrique: un chef milicien anti-balaka arrêté au Congo

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com