Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 17:07

 

 

 

 

 

 

http://www.lefigaro.fr/   Le Figaro  06/02/2014 à 07:32

 

EXCLUSIF - Le Figaro a eu accès au site du camp de M'Poko à Bangui où est regroupé l'ensemble des armes saisies auprès des différents groupes par les militaires français de l'opération Sangaris.

 

Trois containers entreposés dans le camp de M'Poko, sur l'aéroport de Bangui, recèlent la plupart de l'armement saisi par les militaires français auprès des différents groupes armés depuis le lancement de l'opération Sangaris, le 5 décembre dernier. Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, s'est rendu lundi sur ce site placé sous haute sécurité auquel Le Figaro a également eu accès. Derrière une enceinte grillagée hérissée de fils de fer barbelés sont regroupées les armes prises tant du côté des combattants des ex-Séléka que des groupes anti-balaka, souligne-t-on du côté de l'armée française.

 

Cet arsenal soigneusement trié et rangé comprend notamment 700 armes automatiques, dont des fusils-mitrailleurs AK-47, une dizaine de mortiers, une quarantaine de mitrailleuses légères et cinq mitrailleuses lourdes. Dans l'un des containers ont été placées environ 4000 machettes et armes blanches, du type de celles utilisées par les anti-balaka. Les militaires de Sangaris ont également récupéré plus de 80.000 cartouches de tous calibres, plus de 200 roquettes anti-chars, près de 350 obus de mortiers, une trentaine d'obus de gros calibre (supérieur à 120 millimètres) et une dizaine de mines anti-chars.

 

Destruction? Réaffectation? L'ONU décidera

 

Outre l'armement regroupé à M'Poko, environ 110m3 (soit cinq containers) de munitions ont été découvertes au camp de Roux, à Bangui. En cours d'analyse, ces munitions seront regroupées ou détruites dans les jours à venir. On y trouve des roquettes de 107 millimètres, des roquettes PG7, des obus de divers calibres (du 60 au 120 millimètres), mais aussi des explosifs et des détonateurs.

 

En présentant ces prises, aussi diverses qu'hétéroclite parfois, l'armée française vise aussi à répondre aux critiques qui lui ont été faites ces derniers jours de favoriser les anti-balaka lors des opérations de désarmement, au détriment de la minorité musulmane de Bangui. «Nous n'avons pas d'ennemis en Centrafrique», a déclaré lundi l'amiral Guillaud, assurant que «le désarmement a commencé, tant pour les (milices chrétiennes) anti-balaka que pour la Séléka». Le sort réservé à l'armement saisi par les militaires français est entre les mains de l'ONU qui décidera de son éventuelle destruction ou de sa réaffectation, possiblement aux forces armées centrafricaines (FACA), lorsque celles-ci se seront reconstituées.

 

Alain Barluet

Centrafrique : le butin de l'armée française (Le Figaro)
Centrafrique : le butin de l'armée française (Le Figaro)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com