Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 11:21

 

 

 

 

Forces européennes Eufor/RCA : en avant, tranquillement...

 

Le Point.fr - Publié le 28/02/2014 à 09:48

Les effectifs de la mission européenne ne sont pas encore réunis. La pleine capacité opérationnelle sera atteinte durant le mois d'avril.

Par JEAN GUISNEL

 

La conférence de génération de forces qui s'est tenue le 27 février à Bruxelles n'a pas tenu toutes ses promesses, puisque tous les participants à la mission Eufor/RCA n'ont pas encore confirmé leur participation, en raison notamment de la nécessaire application de la longueur du processus politique d'approbation dans les pays concernés. Le patron de l'Eufor/RCA, le général français Philippe Pontiès, a néanmoins fait part de son optimisme en estimant lors d'un point de presse à Bruxelles que les effectifs attendus seront atteints : "de l'ordre de 800 à 1 000 personnes est une appréciation raisonnable".

 

Selon un décompte de l'AFP, les engagements fermes atteindraient actuellement près des deux tiers de ce total, avec le déploiement d'une compagnie polonaise (140 hommes), d'une deuxième (comptant 100 à 150 hommes), formée conjointement par l'Estonie, la Lettonie, le Portugal et la Roumanie, et d'une troisième, de 150 hommes, envoyée par la Géorgie. Ce dernier pays n'est pas membre de l'Union européenne, mais espère ainsi accélérer son processus de rapprochement. Deux autres pays européens ont fait part de leurs intentions : la Finlande pour une trentaine d'hommes et la France pour une compagnie de 140 hommes.

 

Ce qui ferait, à ce stade, un peu moins de 600 hommes sur les 1 000 ou 1 100 espérés par l'état-major de l'Union européenne, y compris les 120 cadres de l'état-major de Larissa. Précisons que la France demeure assez floue sur ses intentions : les 70 gendarmes mobiles dont l'envoi a été annoncé, en sus de 20 gendarmes départementaux, sont prévus pour être intégrés à terme à Eufor/RCA, mais aucune information n'est disponible sur la seconde moitié de l'effectif.

 

Logistique à problèmes

 

À ce stade, la mission est en route. À Bangui, où quelques officiers sont arrivés pour préparer la mise en place de la force dont les lieux de déploiement limités sont déjà connus : l'aéroport de M'Poko et les districts 3 et 5 de la capitale centrafricaine. Sur place, le FHQ (Force Headquarters) sera commandé par le général français Thierry Lion, comme cela a été confirmé jeudi à Bruxelles. L'OHQ (Operational Headquarters) implanté à Larissa (Grèce) sera commandé par Philippe Pontiès, secondé par un général grec. À Bruxelles jeudi, le général français a présenté un plan d'opérations de 600 pages au Comité militaire de l'Union européenne, que dirige son compatriote le général Patrick de Rouziers, ainsi que les règles d'engagement de la future force. Les deux documents ont été approuvés et adressés au CoPS (Comité politique et de sécurité), formé par les ambassadeurs des États membres auprès de l'Union européenne. Il doit examiner les textes ce 28 février. Le processus se terminera par une transmission au Coreper, puis au Conseil européen. Mais, avant cela, il faut savoir qui partira à Bangui. C'est l'ultime question à régler. 

 

Dès lors que les effectifs de l'Eufor/RCA ne sont pas réunis à ce jour, une troisième réunion de génération de forces est prévue la semaine prochaine à Bruxelles. Sera-t-elle la bonne ? Quand bien même elle permettrait de confirmer officiellement les effectifs de la mission européenne, il reste l'épineux problème de la logistique à régler. Des centaines d'avions de transport sont disponibles dans les armées européennes, mais il semble très difficile de les affecter à la mission Eufor/RCA. C'est d'ailleurs tout le soutien logistique qui semble difficile à monter... Une réunion ad hoc se tiendra à Thessalonique les 6 et 7 mars prochains. À ce stade, personne à Bruxelles ne semble penser qu'il sera possible d'atteindre le plein de la force (FOC, Full Operational Capability) avant le début avril, au mieux. Cette date de la FOC est cruciale, puisqu'elle marquera le démarrage officiel du mandat de la mission pour une période de six mois, pas une heure de plus. S'il fallait prolonger ce mandat, il faudrait recommencer tout le processus européen d'approbation. Tous ceux qui reprochent à Paris d'être intervenue seule en Centrafrique sans prendre l'avis des autres pays feraient bien de réfléchir à cet état de fait !

 

 

 

Centrafrique : l'Union européenne pourrait déployer des troupes pour fin avril

 

Le Monde.fr | 28.02.2014 à 09h24 • Mis à jour le 28.02.2014 à 09h27 |Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen)

 

Les responsables militaires de l'opération jugent qu'ils sont « dans les temps »mais l'opération militaire de l'Union européenne (UE) en Centrafrique semble décidément bien longue à se dessiner.

 

Une nouvelle conférence, dite de « génération de forces », s'est tenue jeudi 27 février à Bruxelles. Elle visait à sonder une fois encore les pays membres sur leur possible participation : une série d'Etats restent engagés, trois ont bouclé leur processus national de décision mais, à ce stade, le général Philippe Pontiès, qui commande l'opération, n'est toujours pas en mesure d'annoncer combien de militaires seront à sa disposition.

 

« Entre 800 et 1 000 », estime-t-il. On avait évoqué initialement quelque 500 soldats, compte tenu du peu d'enthousiasme de certaines capitales. A la mi-février, la Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères, Catherine Ashton, avait parlé de la possibilité de rassembler 1000 hommes. « Tout chiffre au-delà de cette barre serait fantaisiste et, en toute hypothèse, nous aurons les moyens de réaliser les tâches qui nous sont confiées », affirme Philippe Pontiès.

 

SOULAGER LES FRANÇAIS

 

L'opération dispose désormais d'un quartier général au complet, à Larissa, en Grèce, de son plan d'opérations et de ses règles d'engagement. Des questions logistiques doivent encore être réglées et concernent notamment le transport aérien. Elles doivent être débattues à Thessalonique, en Grèce également, les 6 et 7 mars.

 

« L'objectif d'une capacité opérationnelle à la fin mars est toujours d'actualité », affirme le général Pontiès. Il faudra ensuite lancer définitivement Eufor-RCA et, ensuite, organiser le déploiement. Qui devrait atteindre « sa pleine capacité » à la fin avril.

 

L'objectif reste identique : sécuriser les abords de l'aéroport de Bangui et de deux districts de la capitale. De quoi soulager, durant six mois, les soldats français engagés de l'opération « Sangaris » et atteindre des objectifs « visibles » et exportables dans d'autres parties de la capitale et du pays.

 

Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) 
Journaliste au Monde

Centrafrique : l'Union européenne pourrait déployer des troupes pour fin avril

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com