Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 04:49

 

 

 

Par Krista Larson et Edith M. Lederer The Associated Press

 

BANGUI, République centrafricaine 20 février 2014 | 21:39 – Le secrétaire-général de l’ONU a demandé le déploiement rapide d’au moins 3000 militaires et policiers supplémentaires en République centrafricaine pour tenter de faire cesser les violences interconfessionnelles qui ont forcé plus d’un million de personnes à fuir leur domicile.

 

Ce contingent supplémentaire porterait à plus de 11 000 le nombre de représentants des forces internationales présents dans le pays.

 

L’appel lancé par Ban Ki-moon a été précédé par celui de la secrétaire générale adjointe des Nations unies chargée des affaires humanitaires, Valerie Amos, à l’issue de sa visite de trois jours en République centrafricaine.

 

Elle a soutenu que ses collègues et elle-même avaient été «estomaqués» par ce qu’ils avaient vu dans le village isolé de Bossangoa, théâtre de violents combats entre la minorité musulmane et la majorité chrétienne. Mme Amos a affirmé que les tensions y étaient très élevées et que les gens craignaient pour leur vie.

 

Ban Ki-moon a souligné les efforts des quelque 6000 militaires de l’Union africaine (UA) et 1600 soldats français présents en République centrafricaine mais a soutenu, lors de son passage devant le Conseil de sécurité, jeudi, qu’il faudrait déployer nettement plus d’effectifs pour rétablir l’ordre dans le pays. Il a ajouté que les 500 militaires promis par l’Union européenne (UE) seraient insuffisants.

 

La présence des soldats français et africains n’a pas suffi à empêcher les massacres de musulmans depuis que les rebelles qui s’étaient emparés de la présidence ont été chassés du pouvoir.

 

Mme Amos a elle aussi prévenu qu’il y avait encore plus à faire. Plusieurs demandent que la mission africaine de maintien de la paix devienne une mission de l’ONU, mais les Nations unies affirment que cela pourrait entraîner un délai de plusieurs mois.

 

Ban Ki-moon a précisé que le président français François Hollande s’était engagé à envoyer 400 militaires de plus, que l’UE doublerait son contingent à 1000 soldats et que l’UA proposerait elle aussi d’augmenter ses effectifs.

 

De son côté, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), le plus important bloc mondial de pays musulmans, a accepté, jeudi, d’envoyer une mission d’enquête de haut niveau en République centrafricaine et de nommer un représentant spécial pour coordonner ses efforts avec l’UA et l’ONU.

 

La mission de l’OCI visitera la capitale centrafricaine afin d’analyser la situation, témoigner de sa solidarité envers les musulmans et collaborer à toute discussion de paix.

 

Elle sera dirigée par Lounceny Fall, le ministre des Affaires étrangères de la Guinée.

 

 

 

 

(façade de magasins de musulmans pillés et détruits à Bangui)

Centrafrique: il faut plus de soldats, dit l'ONU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com