Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 13:02

 

 

 

 

ADP-PATRIE-UDPP

 

DECLARATION

 

Dans la déclaration N°003/014 datée du 26 janvier 2014, Martin Ziguélé, président du MLPC a annoncé que l’Alliance des Forces Démocratiques  pour la Transition ne participera pas au gouvernement d’union nationale de transition. La raison invoquée serait la « violation par le Chef de l’Etat de transition des actes fondateurs de la transition consensuelle et inclusive ».

 

 En termes clairs, le fait de ne pas choisir un Premier Ministre issu de l’ancienne opposition contreviendrait à la Charte constitutionnelle.

 

Les trois partis politiques signataires de cette déclaration sur les sept que compte l’AFDT tiennent à faire des observations suivantes :

 

 1)- Le contexte actuel, fait de tragédie pour le Peuple centrafricain appelle de la part des acteurs politiques des sacrifices pour faire avancer le pays. S’arcbouter sur des principes sans tenir compte du contexte est une faute politique.

 

 2)- Le 6ème Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC des 9 et 10 janvier 2014 a conclu à l’échec de la gestion de la Transition dirigée également par l’ancienne Opposition démocratique. Dans un acte de contrition et d’humilité, l’ancienne Opposition démocratique ayant conduit les affaires de l’Etat aurait dû en tirer toutes les conséquences et faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation en laissant l’opportunité à chaque fils ou fille de ce pays de diriger le gouvernement.

 

En conséquence, la nomination d’un Premier Ministre issu de la  société civile ne constitue  en rien une violation de l’accord de Libreville, qui doit être  lu et compris en fonction de la nouvelle donne, notamment le départ du Général Bozizé et  la dissolution de la Séléka.

 

Devant cette décision irresponsable et antinationale, qui met en péril le nécessaire consensus national autour de l’essentiel, l’intérêt supérieur de la Nation, les trois Partis politiques signataires condamnent fermement cette décision et suspendent leur participation aux activités de l’AFDT à partir de ce jour.

 

Fait à Bangui, le 27 janvier 2014

 

POUR l’ADP :                           POUR PATRIE :                         POUR L’UDPP

 

CLEMENT BELIBANGA      Me CREPIN MBOLI-GOUMBA    MAITART DJIM-AREM

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com