Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 01:37

 

 

 

 

 

http://www.bbc.co.uk   BBC Afrique : 2 janvier, 2014 - 18:46 GMT

 

Le président tchadien Idriss Deby a promis de “punir” ceux qui attaquent des civils tchadiens en Centrafrique.

 

Idriss Déby a visité jeudi trois des six centres où sont hébergés temporairement des Tchadiens ayant fui la Centrafrique, craignant pour leur vie.

 

Plus de 12.000 ressortissants tchadiens ont été rapatriés par avion depuis le 21 décembre de RCA.

 

Idriss Déby a exprimé sa “colère”.

 

“Ceux qui se sont attaqués aux Tchadiens et qui continuent de s’attaquer aux Tchadiens; ceux qui ont assassiné des Tchadiens et qui continuent d’assassiner des Tchadiens ne resteront pas impunis”, a-t-il déclaré.

 

“S’attaquer impunément à une catégorie de population appartenant à un pays qui vous aide me semble être plus que de l’ingratitude, cela est intolérable”.

 

“Les Tchadiens ne méritent pas un tel traitement. Tous le monde sait que nous avons mis notre coeur, nous avons mis tous les moyens nécessaires, matériels, financiers, et nous avons engagé nos troupes depuis 1995 pour aider les Centrafricains à renouer avec la paix”, a ajouté Idriss Déby.

 

Beaucoup de Centrafricains accusent le Tchad d’avoir soutenu l’ex-rebellion Séléka qui a renversé en mars dernier le président François Bozizé.

 

Depuis, le chaos en Centrafrique a fait naître un puissant ressentiment contre les Tchadiens, désormais obligés de quitter le pays.

 

Les soldats tchadiens participent à la Misca, la force de 3600 hommes sous mandat de l’Union africaine en RCA.

 

Idriss Déby intervient depuis longtemps en Centrafrique, soutenant ou défaisant des régimes.

 

Le Tchad a fourni les hommes qui ont permis à François Bozizé de prendre le pouvoir, avant de lâcher le président.

 

 

Centrafrique : tous ceux qui ont tué et pillé les Tchadiens le paieront un jour, menace le président Déby


N'DJAMENA - AFP / 03 janvier 2014 19h31 - Le président tchadien Idriss Déby Itno a condamné vendredi les exactions commises sur les ressortissants tchadiens en Centrafrique, assurant que leurs auteurs paieront un jour, lors d'une visite aux familles rapatriées à N'Djamena, a constaté un journaliste de l'AFP.


Ceux qui se sont attaqués aux Tchadiens et qui continuent à s'attaquer aux Tchadiens, ceux qui ont assassiné les Tchadiens et qui continuent à assassiner les Tchadiens ne resteront pas impunis, je vous rassure, quelle que soit la manière, a déclaré le président tchadien.


Tous ceux qui ont tué et pillé les Tchadiens le paieront un jour. Si ce n'est pas aujourd'hui ce sera demain, a-t-il précisé en arabe. Ce message, largement diffusé à la télévision et à la radio tchadienne vendredi, sonne comme une menace à peine voilée envers les anti-balaka et Centrafricains qui s'en sont pris aux ressortissants tchadiens à Bangui ces dernières semaines.


S'attaquer à des femmes, à des enfants, sélectivement des Tchadiens, les assassiner, les tuer, cela est intolérable a ajouté M. Déby, en visitant l'un des quatre centre sociaux prévus pour les accueillir.


Environ 150.000 Centrafricains vivent au Tchad, ils ne sont pas inquiétés et ils ne seront jamais inquiétés, a-t-il toutefois assuré.


Le président Déby a lancé un appel à la solidarité nationale pour venir en aide aux rapatriés.

Rappelant que le Tchad avait perdu 23 soldats depuis 1995 en Centrafrique, le président a affirmé qu'il venait encore de perdre un nombre important qu'on ne connait pas actuellement de nos compatriotes.


Le rôle du Tchad, considéré comme la puissance régionale qui a mis en place l'ex-chef rebelle et président Michel Djotodia, est très controversé à Bangui.


Les soldats tchadiens membres de la force africaine (Misca), censée être neutre, sont accusés de complicité avec les ex-rebelles de la Séléka - au pouvoir depuis mars - par la population majoritairement chrétienne. Celle-ci, s'en prend, en retour, aux civils tchadiens, des commerçants musulmans pour la plupart, les obligeant à fuir le pays.


Environ 12.000 Tchadiens ont pour l'instant été rapatriés dans leur pays d'origine, essentiellement des femmes et des enfants, selon le président.



(©) 

RCA: la colère du président tchadien

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com