Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 00:50

 

 

 

 

 

RFI  vendredi 17 janvier 2014 à 22:01

 

La course contre la montre se poursuit à Bangui. Les parlementaires de transition ont mis les bouchées doubles pour boucler un calendrier après avoir défini toute une série très stricte de critères pour se présenter à la présidentielle prévue ce lundi 20 janvier. Les candidats ont jusqu'à samedi matin 10 heures pour se déclarer mais il y a déjà des candidatures déposées.

 

Parmi les premiers candidats déclarés, la maire de Bangui, Catherine Samba Panza, qui a tenu à venir s’inscrire en personne au secrétariat du Parlement provisoire. Ce vendredi, quatre autres personnalités ont aussi déposé leur candidature pour cette présidence de transition. Désiré Kolingba, fils de l’ancien président, mais aussi le pasteur et ex-ministre Josué Binoua ou encore un autre ancien ministre sous le président Bozizé, Didier Wangue, et enfin l’ancien maire de Bangui Jean Barkes Ngombe Kette.

 

Cette liste est encore incomplète puisque les candidats ont jusqu’à samedi pour se faire connaître. Elle est aussi provisoire, en attente de validation par le Conseil national de transition (CNT). Le Parlement provisoire impose, en effet, dix-sept critères qui excluent de la course les parlementaires mais aussi tout membre d’une milice, d’une ex-rébellion, et tout ministre d’un gouvernement de transition.

 

La liste définitive sera publiée dimanche, à 14 heures, pour une élection à deux tours par les parlementaires du CNT lundi. Les candidats auront seulement dix minutes pour se présenter devant l’Assemblée avant le vote, tout cela sous l’œil de la communauté internationale qui a déjà rencontré chacun des candidats et qui leur a demandé d’annoncer dès maintenant un nom éventuel de Premier ministre pour s’assurer, nous disait un diplomate étranger, que le futur exécutif s’entende correctement et puisse d’ici moins d’un an mener le pays vers de vraies élections présidentielle et législatives.

 

 

 

Cinq candidats dont un fils du défunt président André Kolingba postulent à la présidence centrafricaine  

 

APA Bangui (Centrafrique) 2014-01-17 21:40:26 - Le secrétariat du secrétaire général du Conseil National de Transition en Centrafrique a enregistré ce vendredi cinq dossiers de candidatures pour l’élection du chef de l’état de transition dont celui de Désiré Kolingba, fils aîné du défunt Général Président André Kolingba (1981-1993), et d’une femme, Mme Catherine Samba Panza, actuelle maire de la Ville de Bangui.

Ancien candidat aux dernières élections législatives de 2011 à Bangui, Désiré Kolingba a été plusieurs fois ministre sous le régime Bozize.

 
Seule femme candidate a la présidence a ce jour, Mme Catherine Samba Panza, est l'actuelle maire de la Ville de Bangui nommée au lendemain de la prise du pouvoir par la Séléka. 


Elle a été conseillère nationale de transition en 2003 ; puis membre du comité de suivi du dialogue politique inclusif. 


Jusqu'aujourd'hui Mme la maire de Bangui, opératrice économique venant de la société civile n'a pas encore fait ses preuves à la tête de ville de Bangui.

Les autres candidats au remplacement du président de la transition, Michel Djotodja démissionnaire sont MM Josué Binoua, Jean Barkès Ngombé Ketté, et Henri Wangué. 


Josué Binoua, ancien ministre de l'administration du territoire sous le régime Bozize et ministre de la sécurité publique dans le gouvernement de transition avant d'être limogé après avoir été accusé par les séléka d'un coup d'état. 


En tant que ministre de l'administration du territoire, Josué Binoua a tout mis en œuvre pour redorer le blason de ce département de souveraineté, gagner la confiance de la communauté internationale qui a misé sur les moyens pour organiser plusieurs colloques réunissant les politiques, les pouvoirs publics et la société civile débouchant sur l'élaboration et l'adoption du code électoral par consensus. 

A la tête du département de la sécurité plusieurs réformes ont été opérées grâce à son génie créateur parmi lesquelles le placement de la Gendarmerie nationale sous le Ministère de la sécurité. Il a réussi à anéantir la capacité de nuisance des éléments séléka dans la ville de Bangui.


Jean Barkès Ngombé ketté ancien président de la délégation spéciale de la ville de Bangui ou Maire de Bangui sous le régime Bozize. A la tête de la municipalité de Bangui, il a su transformer Bangui la Roquette à Bangui la Coquette. Il a été nommé au moment où la RCA sortait d'une série de mutineries des années 1996, 1997, 1998 et deux coups d'état, le coup de force manqué du 28 mai 2001 et le putsch réussi du 15 mars 2003 plaçant le général François Bozize à la tête du pays. 

 

Depuis sa nomination, il transformé le visage de Bangui. 


Des monuments ont été érigés aux différentes intersections, à l'exemple de la Place Omar Bongo à l'intersection des avenues Koudoukou-Martyrs ; création des espaces verts, la remise en selle du service de pompe funèbre existant déjà dans les années 1970. 

Le remplaçant du Président démissionnaire Michel Djotodia aura la lourde charge pendant une période de 11 mois de restaurer d'urgence la sécurité ; créer les conditions du retour des déplacés internes et des exilés politiques, relancer les activités socioéconomiques, à regagner la confiance des partenaires techniques et financiers et organiser les élections générales.


La clôture du dépôt des candidatures est prévue pour ce samedi 18 janvier 2014.

Le CNT, parlement provisoire a établi, par consensus, une liste de 17 critères que devront remplir les candidats pour se présenter à la présidence de la transition. lundi, les conseillers du CNT procèderont à l’élection, à deux tours et à bulletin secret, du futur président de la transition centrafricaine.

 

 

 http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=505953#sthash.3FedKfoH.dpuf

 

 

 

République centrafricaine: le rêve du revenant

 

http://www.lexpress.fr/  Par Vincent Hugeux, publié le 17/01/2014 à  19:41

 

Sylvain Ndoutingaï, neveu du président déchu François Bozizé, ambitionne de revêtir l'uniforme de l'homme providentiel à Bangui.

 

 

Neveu du président déchu François Bozizé, renversé en mars dernier par la nébuleuse rebelle Seleka, Sylvain Ndoutingaï brûle de revenir sur l'avant-scène centrafricaine dans l'uniforme de l'homme providentiel.

 

Evincé du ministère des Finances et du Budget en juin 2012 par son oncle, qui lui prêtait l'ambition de le supplanter, ce colonel quadragénaire passait jusqu'alors pour le n° 2 du régime. Exilé en France, il mise sur sa popularité parmi les rescapés des forces de défense et de sécurité - armée, police, gendarmerie - et se dit prêt à pactiser avec les anciens Premiers ministres Martin Ziguélé et Anicet Dologuélé. Pas sûr que ces derniers se prêtent au jeu. Ni que le candidat au retour parvienne à faire oublier son passé.


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/republique-centrafricaine-le-reve-du-revenant_1315066.html#qtrgVslTssI2YVuE.99

Présidence de la transition en Centrafrique: dépôt des premières candidatures

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com