Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 00:41

 

 

 

 

par Paul-Marie Ngoupana et Emmanuel Braun

 

BANGUI 21 janvier (Reuters) - La nouvelle présidente provisoire de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a annoncé mardi qu'elle allait ouvrir le dialogue avec les représentants des groupes armés pour tenter de ramener le calme dans le pays, où les violences ont fait plus de 2.000 morts et un million de déplacés depuis début décembre.

 

Mardi encore, sept personnes ont été tuées dans des affrontements entre miliciens Séléka et anti-balaka dans le nord-ouest du pays, près de la ville de Bang, non loin des frontières du Tchad et du Cameroun, a rapporté un témoin.

 

Un représentant de la Séléka, ancien mouvement rebelle majoritairement musulman, a apporté son soutien à la présidente, élue la veille par le Conseil national de transition (CNT).

 

Dès lundi, les miliciens chrétiens anti-balaka, adversaires de la Séléka, avaient salué avec joie l'élection de Catherine Samba-Panza en remplacement de Michel Djotodia, ancien chef de la Séléka forcé à la démission le 10 janvier à la suite de pressions internationales.

 

"Je veux rencontrer les groupes armés et les écouter", a dit la présidente mardi lors d'une conférence de presse. "Si des gens ont pris les armes, c'est qu'il y a une raison", a-t-elle ajouté.

 

Le général Ousmane Mamadou Ousmane, président de la commission chargée de la réforme militaire, a également apporté son appui à Catherine Samba-Panza. "Notre objectif est clair, c'est de soutenir la présidente pour qu'elle mène à bien sa mission afin que la paix revienne en République centrafricaine", a-t-il dit.

 

La présidente par intérim a profité de sa première conférence de presse pour appeler la communauté internationale à intensifier son aide à la Centrafrique et permettre le redémarrage des services publics. Les fonctionnaires n'ont pas été payés depuis plusieurs semaines.

 

Environ 100.000 civils fuyant les combats ont trouvé refuge dans un camp proche de l'aéroport international de Bangui. Eux aussi ont bien accueilli l'élection à la présidence de Catherine Samba-Panza, maire de la capitale depuis mai 2013, mais craignent toujours des attaques s'ils cherchent à rentrer chez eux.

 

Avec Misha Hussain à Dakar; Guy Kerivel pour le service français

La présidente centrafricaine veut dialoguer avec les miliciens

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com