Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 01:27

 

 

 

 

http://www.ladepeche.fr/   21/01/2014 à 08:11 | 

 

La communauté internationale s’est engagée hier à débloquer près de 500 millions de dollars pour venir en aide à la République centrafricaine qui vient d’élire une présidente de transition.

 

Alors que la Centrafrique vient d’élire un nouveau président de transition - l’actuelle maire de Bangui, Catherine Samba-Panza -, c’est sur le terrain militaire que se joue l’avenir du pays, plongé dans un conflit interconfessionnel qui a déjà fait des milliers de morts. Hier, les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé le lancement d’une opération militaire de l’Union européenne, un peu plus d’un mois après le lancement par la France de l’opération Sangaris.

 

L’UE et l’ONU ont par ailleurs annoncé que près de 500 millions de dollars seraient débloqués pour venir en aide à la Centrafrique cette année. Les modalités de la mise en œuvre de ce plan sont encore en discussion, précise une source diplomatique.

 

Il s’agira de la première intervention au sol sous drapeau européen depuis le Tchad, en 2008. Un contingent d’un millier de soldats européens sera déployé en appui des forces africaines, françaises et onusiennes dans leur tentative de sécuriser la capitale Bangui, notamment la zone de l’aéroport où 1 600 soldats français sont déjà sur place.

 

Djotodia s'exile au Bénin

 

ça fait longtemps que la France réclame un soutien européen. Les soldats français sont engagés en Centrafrique depuis le 6 décembre dernier, suite à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies de la résolution 2127 autorisant les forces françaises à intervenir pour rétablir l’ordre et la sécurité dans le pays. Les troupes françaises se sont retrouvées seules au milieu d’un conflit inextricable. L’ancien président centrafricain, Michel Djotodia, qui a démissionné le 10 janvier, a quitté samedi la capitale tchadienne pour se rendre au Bénin.

 

La sécurité dans la capitale, où la plupart des soldats français sont stationnés, s’améliore progressivement, malgré des explosions sporadiques de violences. Hors de la capitale, en revanche, la situation est plus délicate. Les affrontements intercommunautaires se sont multipliés depuis vendredi dans les localités situées sur l’axe entre Bangui et la frontière camerounaise. Mais dans un pays de plus de 600 000 km2, se déployer dans les zones reculées s’avère compliqué pour les militaires.

 

Sur place, les habitants et les ONG sur place décrivent une situation chaotique et largement hors de contrôle. La Croix-Rouge internationale (CICR) et la Croix-Rouge centrafricaine ont ainsi découvert au moins 50 corps dans la région située entre Bossembélé, Boyali et Boali, dans le nord-ouest du pays. Samedi, des violences ont également été signalées dans différentes localités du nord et de l’ouest. «Je lance un cri d’alarme. Nous sommes terrorisés. Les Séléka (combattants de M. Djotodia) règnent en seigneurs de guerre dans la ville», a déclaré un habitant de Sibut, à 160 km au nord de Bangui.

 

«Une bonne partie de la population, dénuée de toute protection et exposée aux représailles, a fui dans la brousse. Nous sommes extrêmement préoccupés par leur sort», a déclaré Georgios Georgantas, le chef de la délégation du CICR.


Une présidente de transition

 

Hier, c’était jour d’élection présidentielle : le parlement provisoire centrafricain, le CNT, a commencé à voter en milieu de journée pour élire un nouveau chef de l’État de transition. Huit candidats étaient en lice, et c’est l’actuelle maire de Bangui, Catherine Samba-Panza, qui l’a emporté au second tour face à Désiré Kolingba, fils de l’ancien président de Centrafrique André Kolingba (1981-1993).

 

François Hollande a félicité Catherine Samba-Panza. «Il lui revient désormais de mener à bien la réconciliation et l’apaisement en RCA», a-t-il déclaré. Mme Samba-Panza a appelé à rendre les armes.

 

La Dépêche du Midi

 

Centrafrique. Des renforts européens et une femme présidente pour ramener la paix

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com