Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 23:55

 

 

 

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 23-01-2014

 

Un militaire congolais (RDC) de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) a été tué et quatre autres blessés dans la nuit de mardi à mercredi, suite à l'explosion d'une grenade lacrymogène lancée par des personnes non identifiées sur le site des déplacés de la paroisse Saint Jean de Galabadja de Bangui, a confié mercredi à Xinhua le père Augustin, curé de ladite paroisse.

 

« C'était aux environs de 21 heures que l'attaque a eu lieu, alors que ces militaires étaient en garde. L'un d'eux a été tué sur le coup et quatre autres ont été grièvement blessés. Cette attaque visait ces militaires », a expliqué le père Augustin.

 

Ce drame est le troisième enregistré par la MISCA, une force régionale sous mandat de l'Union africaine (UA) et autorisée par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, depuis son dé ploiement le 19 décembre pour une mission de sécurisation et de pacification de la République centrafricaine (RCA) plonge dans le chaos depuis la prise du pouvoir le 24 mars 2013 de Michel Djotodia et son ex-alliance rebelle Séléka.

 

Huit éléments du contingent tchadien avaient été la cible au cours de ce mois-là à Bangui de deux attaques successives des milices d'autodéfense anti-Balakas (anti-machettes) hostiles au pouvoir de Djotodia, démissionnaire depuis le 10 janvier sous la pression des dirigeants de la Communauté économique de l'Afrique centrale (CEEAC) réunis en sommet extraordinaire à N'Djamena au Tchad, avec à la manoeuvre, la France.

 

Début janvier, c'était au tour de deux soldats congolais (Congo- Brazzaville) de perdre leur vie dans un accrochage contre les ex- rebelles de la Séléka, à proximité du palais présidentiel. En outr é, deux soldats burundais ont été blessés après l'explosion d'une grenade au quartier kilomètre 5, dans le 3e arrondissement de la Bangui.

 

L'identité des auteurs de l'attaque à la grenade lacrymogène de mardi reste pour l'heure inconnue, de l'avis du père Augustin. Une source proche du contingent congolais de la MISCA a annoncé l'ouverture d'une enquête pour faire la lumière sur ce nouveau drame.

 

Membre de la CEEAC, organisation régionale qui déployait déjà depuis plusieurs années en RCA deux forces d'interposition, la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC) et la Mission de consolidation de la paix en RCA (MICOPAX), la République démocratique du Congo (RDC), par ailleurs voisine de ce pays en crise, est un des pays contributeurs de la MISCA, au sein de laquelle elle compte 800 soldats.

 

Dotée d'un mandat fort comprenant le désarmement y compris par la force des groupes armés actifs dans le pays, à commencer par les ex-rebelles Séléka et les milices anti-Balakas, la MISCA se compose actuellement d'environ 4 000 hommes sur les 6.000 prévus, provenant du Tchad, du Congo, de la RDC, du Cameroun, de la Guinée équatoriale, du Burundi, du Gabon et du Rwanda.

 

Dans le cadre de vieux accords de défense avec les autorités de Bangui, la France déploie également depuis le 5 décembre 1.600 militaires pour le compte de l'opération Sangaris, dont deux ont aussi perdu leur vie dans le bourbier centrafricain lors du désarmement des ex-Séléka dans la capitale

 

Source: Agence de presse Xinhua

Centrafrique : un soldat congolais de la MISCA tué et quatre autres blessés lors d'une attaque à la grenade à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com