Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 00:35

 

 

 

 

 

Par , publié le 

 

La maire de la capitale centrafricaine Catherine Samba-Panza est élue présidente par interim, dix jours après la démission de l'ancien président Michel Djotodia. Hollande a salué l'élection de la favorite dans ce scrutin décisif pour l'avenir du pays. 


 

La maire de la capitale centrafricaine Bangui est élue présidente de transition par le Parlement, dix jours après la démission de l'ancien président Michel Djotodia.

 

Le parlement centrafricain devait se prononcer ce lundi pour trouver un successeur à l'ancien chef de la Séléka, qui a été poussé à renoncer à son poste le 10 janvier, lors d'une réunion de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale. Catherine Samba-Panza a été élue à 75 voix au second tour du scrutin, contre 53 voix pour son adversaire Désiré Kolingba, fils d'un ancien chef d'Etat.

 

Les résultats ont suscité une salve d'applaudissement au parlement, avant que l'assemblée n'entonne l'hymne national centrafricain. La femme d'affaires, maire de Bangui, faisait figure de favorite, comme l'expliquait RFI avant sa nomination. Elle avait su se tenir à l'écart des luttes de clan, précise la radio internationale, faisant d'elle une candidate idéale dans ce pays déchiré par les tensions interreligieuses.

 

François Hollande l'a immédiatement félicitée pour son élection, selon un communiqué diffusé par l'Élysée. Le président a souligné qu'il "lui revient désormais de mener à bien la réconciliation et l'apaisement nécessaires en RCA, en vue de la tenue d'élections démocratiques". "La France se tient à ses côtés dans cette tâche difficile", a-t-il assuré à Catherine Samba-Panza.

 

Engagée contre la corruption

 

Dans un discours devant les parlementaires, elle a immédiatement lancé un "appel vibrant" aux miliciens chrétiens et combattants musulmans, leur intimant de déposer les armes. "Manifestez votre adhésion à ma nomination en donnant un signal fort de dépôt des armes", a-t-elle dit à l'attention des anti-balaka avant de s'adresser aux ex-Séléka, "déposez vos armes", pour faire "cesser la souffrance des populations." 

 

Catherine Samba-Panza s'est engagée contre la corruption dans un pays où la faiblesse de l'Etat central encourage ces pratiques, raconte La Croix dans un portrait. Après des études de droit en France, elle était revenue dans son pays pour monter une société de courtage en assurance, explique le quotidien chrétien. 

 

Elle a également pris le parti des femmes, déclarant à La Croix s'être "toujours battu pour la participation des femmes à des postes de direction." 

 

Devenue maire en juin 2013

 

Catherine Samba-Panza avait pris les fonctions de maire de Bangui en juin 2013. Elle avait trouvé la capitale "en état de délabrement total, avec des besoins importants en termes d'eau, d'assainissement, de santé, d'éducation."  

 

Elle avait salué l'intervention française en Centrafrique, lors de son déplacement à Tourcoing, dans le Nord, au mois de décembre 2013, estimant que "l'arrivée des troupes françaises a permis à la population d'avoir un regain d'espoir". Elle s'était exprimée dans le cadre d'une journée de solidarité organisée par une quinzaine d'associations de la diaspora centrafricaine. 

 

Avec AFP


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/centrafrique-la-maire-de-bangui-elue-presidente-de-transition_1315739.html#Q7Y162kdpxbfJ7L5.99

Centrafrique: l'élection de la nouvelle présidente de transition saluée par Hollande

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com