Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 01:25

 

 

 

 

 

 

Un sommet de la CEEAC incluant les partenaires internationaux de Centrafrique prévu pour avoir ses assises à NDJAMENA au TCHAD le jeudi 9décembre 2014. Ce sommet, provoqué précipitamment sans tenir compte des acteurs majeurs qui ont pris part aux accords de Libreville, devra plancher sur la crise centrafricaine. En dépit de l'intervention des troupes Françaises et de la FOMAC , puis de la MISCA, la situation centrafricaine reste toujours très délicate à gérer, l'insécurité continuant à miner la vie des populations, aussi bien à BANGUI que dans les provinces.

 

Des supputations vont bon train, pour alimenter les rumeurs selon lesquelles le Président de la transition serait sur le départ, un départ forcé, pour être remplacé par un ancien Ministre d’État, de confession musulmane. Si DJOTODIA doit quitter son fauteuil de massacres et de défaillance, la solution ne se trouve pas dans le choix arbitraire de celui qui doit le remplacer. Cela doit nécessairement passer par une concertation de toute la représentation de la communauté centrafricaine, à travers les partis politiques, la société civile et les chefs religieux.

 

Les difficultés ne feront que s'amonceler si d'aventure on prenait des décisions capitales sur le dos des centrafricains. Sans eux, il n'est pas question de choisir, comme certains le laissent entendre déjà, une personnalité quelconque, quelle que soit son appartenance religieuse, sans tenir compte de l'avis des centrafricains à travers les formations politiques, même si elles sont défaillantes et la société civile. La crise centrafricaine n'a jamais été un conflit interconfessionnel, c'est une intoxication extérieure qui veut que les choses soient ainsi nommées, pour arriver à diviser les centrafricains. Ceux qui sont venus de l'extérieur ont été recrutés pour faire ce sale boulot.

 

Commencer par dire que les musulmans n'ont jamais gouverner ce pays est une dérive très grave que les centrafricains, chrétiens comme musulmans confondus et sensés ne peuvent admettre. C'est laisser le terrain à toutes les tribus qui composent la population centrafricaine de revendiquer à leur tour la gouvernance de ce pays. Et où serait passé le CENTRAFRIQUE en tant que République dans une telle situation ?

 

Ne tuez pas BOGANDA une énième fois. Le premier crime est déjà trop suffisant et nous continuons à en payer le prix jusqu'aujourd'hui. Si DJOTODIA et sa clique devaient partir, une des solutions idoines pour conduire la transition serait de mettre en place une gouvernance collégiale composée de l'archevêque de Bangui, de l’Imam et d'une personnalité de la société civile pour une transition de quelques mois pendant lesquels les partis politiques s'organiseraient pour mettre en place leurs stratégies de campagne pour les élections majeures. Le danger serait de désigner d'office quelqu'un qui sera très vite vomi par la MAJORITE des centrafricains, comme M DJOTODIA aujourd'hui.

 

Adolphe PAKOUA

AVANT SON OUVERTURE LE SOMMET DE NDJAMENA SUSCITE DEJA DES CRITIQUES par Adolphe PAKOUA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com