Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 00:17

 

 

 

 

 

 

*************

 

Malgré le déploiement des Forces armées françaises en appui à la MISCA, la sécurité reste gravement menacée à Bangui et plus particulièrement dans certains quartiers pris en otage par la milice  armée anti-balakas proche du président déchu François Bozizé. 

 

Ainsi, ont-ils attaqué hier à la grenade le contingent tchadien de la MISCA au marché Gobongo lors d’une patrouille de routine. Cette attaque ayant entrainé la mort d’un officier tchadien et plusieurs blessés, notamment parmi les éléments de la MISCA. 

 

Comble de terreur, une fillette de 13 ans a été enlevée, violée et libérée contre le versement d’une rançon. De même, plusieurs personnes présumées proches des ex-Séléka sont actuellement entre les mains de cette milice. 

 

Depuis ce matin, certains quartiers des 3ème ,  4ème et 8ème arrondissement de Bangui ont été attaqués par cette milice armée qui se livre à des actes de vandalisme et de pillage,  occasionnant de nombreux morts et blessés graves. 

 

Par ailleurs, les domiciles de certains membres du Gouvernement  ont également fait l’objet d’attaque.

 

Le Chef de l’État et le Gouvernement d’Union Nationale de Transition expriment leur indignation face à ces actes barbares et criminels. Ils condamnent une fois de plus avec la plus grande fermeté ces agissements de nature à compromettre l’unité nationale et les chances de la paix en République Centrafricaine. 

 

Les autorités de la Transition présentent leurs condoléances les plus émues au  peuple frère du Tchad, à Son Excellence Monsieur Idriss Deby Itno, au Gouvernement tchadien ainsi qu’aux familles des victimes. 

 

D’ores et déjà, une enquête judiciaire est ouverte et des procédures sont lancées contre les auteurs de ces actes criminels. D’autant que des informations concordantes indiquent qu’un certain Yvon KONATÉ, supposé Capitaine et ex chauffeur du président déchu cordonnerait ces opérations.  

 

Les autorités de la Transition prennent à témoin l’opinion publique nationale et internationale sur les risques graves que ces derniers font peser à nouveau sur la cohésion nationale et la paix sociale. 

 

Aussi, le Chef de l’État et le Gouvernement d’Union Nationale de Transition demandent-ils à l’ensemble de la population de ne pas céder aux provocations  et de faire preuve de retenue. 

 

En dernier lieu, les autorités de Transition lancent un vibrant appel aux forces de la MISCA, appuyée par la mission Sangaris de tout faire pour rétablir l’ordre et la sécurité, avec impartialité, conformément aux dispositions des résolutions 2121 et 2127 du Conseil de sécurité des Nations Unies. 

                                                                      

Fait à Bangui, le 20 Décembre 2013

 

Le Gouvernement d’Union Nationale de Transition 

 

 

 

Centrafrique : les violences ont repris à Bangui

 

RFI  vendredi 20 décembre 2013 à 22:26

 

Bangui a été le théâtre de nouvelles violences ce vendredi 20 décembre. Alors que la situation semblait se calmer depuis quelques jours, les affrontements ont repris hier avec des soldats tchadiens visés près de l'aéroport M'Poko, six ont été blessés. Un accrochage a également eu lieu dans le quartier de Gobongo. Des violences se sont poursuivies ce vendredi, notamment dans la zone du kilomètre 5.

 

Les tirs ont réveillé les habitants dès 4h30 du matin. La fusillade a éclaté à Gbaya Dombia, dans la zone du kilomètre 5, secteur à majorité musulmane.

 

Les habitants accusent des ex-Faca et des anti-balakas d'être les assaillants. « Ils se cachaient dans des maisons abandonnées, et quand ils étaient à cours de munition, ils attaquaient à l'arme blanche», explique un habitant. Un responsable anti-balaka reconnaît qu'il y a eu des affrontements, mais dément toute responsabilité de ses hommes. Guy Simplice Kodégué, ministre centrafricain de la Communication, affirme pour sa part que les anciens rebelles sont tous cantonnés et que ce sont désormais les anti-balakas qui sèment la terreur.

 

Bilan des affrontements

 

En tous les cas, les violences ont duré plusieurs heures. Selon un représentant de la Croix-Rouge, les affrontements ont fait 29 morts depuis jeudi. Un imam de Gbaya Dombia donne un bilan différent : 15 habitants tués et une trentaine de blessés. Le religieux dit ne pas comprendre cette flambée. Il confie également sa colère contre les forces Misca et Sangaris, intervenues beaucoup trop tard selon lui, et présentes seulement sur les grands axes.

 

Côté contingent français, une source répond que les patrouilles commencent dès avant 6h du matin et qu'elles ont lieu partout, zones musulmanes et chrétiennes confondues.

RCA : COMMUNIQUÉ GOUVERNEMENTAL

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com