Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 12:11

 

 

 

 

 

 

http://www.leparisien.fr  Elisa Perrigueur | Publié le 18.12.2013, 16h18

 

7 000 Sélékas désarmés à Bangui et une situation «apaisée», selon le chef du dispositif militaire français, le général Francisco Soriano. Les observateurs notent une réelle baisse des tensions en Centrafrique, depuis le début de l'opération Sangaris, le 5 décembre dernier.

 

Ce vendredi, François Hollande se rend à Bruxelles où il évoquera le rôle des pays européens dans cette mission délicate au sein de ce pays africain en plein chaos. Peter Bouckaert, l'un des dirigeants de Human Rights Watch (HRW), vient de passer une dizaine de jours à Bossangoa, ville de 36 000 habitants et épicentre des violences entre Séléka et anti-balaka, au nord -ouest du pays. Ce dernier reste prudent, notamment sur la situation.

 

Comment a évolué la situation en Centrafrique ces derniers jours ?

 
PETER BOUCKAERT.
Lorsque les soldats français sont arrivés à Bossangoa (Ndlr : nord-ouest du pays, le 9 décembre dernier), ils ont immédiatement embarqué et désarmé les Séléka puis les ont consignés dans les casernes. Ces derniers n'ont pas le droit de sortir sans l'autorisation de l'armée française. Les Séléka ont semé la terreur pendant longtemps dans cette partie nord ouest du pays, assurément la plus dangereuse. Mais les forces françaises et l'action des ONG sur place ont aujourd'hui effrayé les Séléka. A HRW, nous sommes allés à leur rencontre dans les villages alentours, nous leur avons fait comprendre que s'ils continuaient d'agir ainsi, ils pourraient être envoyés devant la Cour internationale des droits de l'Homme. Mais la situation reste très instable.


Quel est le plus gros défi des forces françaises aujourd'hui ?

 
P. B.- Le problème, c'est que l'armée française, si elle s'était bien préparée au désarmement des Séléka, n'avait pas anticipé les attaques des anti-balaka, très nombreuses. Ils s'attaquent à l'ensemble communauté musulmane et sont violents. Avec les anti-balakas, les militaires français doivent faire face à une entité sans structure commune et donc très difficilement identifiable. On les trouve partout : ce sont des villageois, des enfants, des femmes, on en trouve dans les églises... Il y a beaucoup d'enfants de bas âge armés, des militaires

 

du gouvernement précédent(Ndlr: sous François Bozié Yangouvonda, actuellement réfugié au Cameroun) ont rejoint les rangs des anti-balakas et sont lourdement armés avec des kalachnikov...


Aujourd'hui, l'armée française possède 1 600 hommes sur place, qui s'ajoutent aux 3 200 hommes de la force africaine Misca. Est-ce assez pour combler les opérations ? 


P.B.- C'est une très bonne chose que la France soit intervenue car il s'agissait d'une situation d'extrême urgence. Mais il est nécessaire d'envoyer des renforts. La France est face à un énorme défi et a besoin des forces européennes pour y faire face.

 

Anti-balaka contre Séléka


Les Séléka, qui signifie Alliance, sont majoritairement musulmans et se sont constitués en 2012 en vue de renverser le président en place, François Boizizé. Depuis plusieurs mois, ils sèment la terreur auprès des chrétiens de Centrafrique, environ 80% de la population. En réaction, des villageois du pays se sont improvisés en milice de défense, les anti-balaka, «anti-machettes». Ces derniers, qui n'ont cessé de croître avec l'intensification du conflit, sont également à l'origine de nombreuses exactions. 

Lu pour vous : Centrafrique : «La France avait sous-estimé les anti-balaka», selon un humanitaire

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com