Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 22:27

 

 

 

 

 

 

PROPOSITIONS DE SORTIE DE CRISE

 

A la veille de la délibération du Conseil de sécurité qui autorise l'intervention française et les troupes africaines en Centrafrique, les ennemis de la République ont pris langue pour en découdre le jeudi 05 décembre 2013. Il s'agit d'un côté des antibalaka de l'ancien président François BOZIZE et les SELEKA de Michel DJOTODIA. L'enjeu principal de cette lutte, c'est le pouvoir. Pour l'un « j'y suis et j'y reste », pour l'autre « cède ta place pour que je m'y mette ». Depuis lors jusqu'aujourd'hui, la folie meurtrière s'est emparée de notre paisible pays et a fait de nombreuses victimes innocentes. La barbarie s'est installée. Les va-t-on en guerre, les mercenaires se lancent dans leur jeu favori : donner gratuitement la mort.

 

Devant ce drame qui remet en cause le fondement de la nation centrafricaine, l'UDECA, lance un vibrant appel à tous les compatriotes centrafricains afin qu'ils puissent se ressaisir et enterrer la hache de guerre.

 

Les institutions de la transition ont montré leurs limites si ce n'est l'incapacité notoire à gérer la crise.

 

Face à cette descente aux enfers, l'UDECA exige :

 

1) La suspension de l’exécutif actuel : le Président, le Gouvernement et les institutions de la transition, en ne conservant que le CNT qu’il faut élargir ;

 

2) Le nouveau CNT devra élire dans les plus brefs délais un nouvel exécutif avec à sa tête un homme ou une femme de consensus qui aura la charge de conduire la transition pour la période la plus courte possible (de 6 à 12 mois) ;

 

3) Poursuivre l’opération SANGARIS, non seulement en désarmant les milices sur l’ensemble du territoire national mais aussi en mettant aux arrêts tous les principaux chefs rebelles, en saisissant tous les véhicules et biens volés que ces milices utilisent sur le territoire national. Protéger toutes les populations et l’ensemble des communautés nationales chrétiennes et musulmanes ;

4) Rétablir l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire : Préfectorales et municipales en nommant de nouvelles personnalités et en leur attribuant la sécurité et les moyens qui s’imposent ;

 

5) Reconstruire les nouvelles FACA avec les soldats issus de l’ancienne armée nationale en plus d’un recrutement sélectif avec l’encadrement des forces françaises ;

6) Maintenir et renforcer la présence militaire africaine en leur confiant entre autre la sécurité de tous les sites sensibles et les institutions régulièrement installées ;

 

7) Établir un bilan précis : - de toutes les exactions, de l’ensemble des pertes humaines, des dégâts causés par le conflit ;

 

8) Ouvrir des enquêtes de police et de justice et poursuivre toute personne ou groupe de personnes responsables de crime lié au conflit, etc.

Dès aujourd’hui, nous proposons symboliquement à tous nos compatriotes et amis du peuple centrafricain de porter en signe de deuil un bouton noir sur leur vêtement, en solidarité avec tous ceux qui sont tombés à cause de ce conflit : nos compatriotes, les Sud Africains et Africains de la force africaine intervenant et les français.

 

Fait à Mauléon-Licharre le 12 décembre 2013

 

Faustin ZAMETO MANDOKO

 

Président de l'Union des Démocrates Centrafricains (UDECA)

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'UDECA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com