Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 00:43

 

 

 

 

Centrafrique/Peuls : le Premier ministre Tiangaye dénonce un massacre, horrible et odieux


PARIS - AFP / 04 décembre 2013 19h32 - Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a qualifié mercredi de massacre la mort de 12 civils peuls tués dans la nuit de lundi à mardi, au nord de Bangui, dénonçant des actes horribles et odieux.


Ces massacres ont été condamnés par le gouvernement. Il s'agit d'actes horribles, odieux, a déclaré le Premier ministre sur France 24.

 

Au moins 12 personnes d'origine peul ont été tuées à l'arme blanche, et plus d'une dizaine blessées parmi lesquelles dix enfants, près de Boali, à 95 km au nord de Bangui, par une milice d'autodéfense villageoise, selon une source militaire à Bangui. Les victimes, selon cette source, sont toutes des +Mbororos+, membres de la minorité peule (essentiellement musulmane) et ont été tuées par des anti-balaka (anti-machettes, milices d'autodéfense chrétiennes).


Le Premier ministre de transition a fait état d'un massacre commis par un groupe de miliciens, les victimes étant des Peuls, essentiellement des femmes, et des enfants qui ont été blessés et conduits à Bangui. Il a évoqué ces derniers jours, une recrudescence de ces violences, particulièrement en province.


Le gouvernement condamne toutes les violences d'où qu'elles viennent, qu'elles soient commises par les ex-Séléka (rebelles qui ont porté l'actuel président Michel Djotodia au pouvoir, ndlr) ou les anti-balaka, a affirmé M. Tiangaye.


Les anti-balaka sont apparus depuis septembre dans le nord-ouest du pays, en réaction aux exactions d'hommes armés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka - depuis dissoute, qui a renversé en mars le président François Bozizé, lui-même arrivé au pouvoir dix ans plus tôt à la suite d'un coup d'Etat.


Selon Nicolas Tiangaye, l'effectif des forces militaires qui s'apprêtent à intervenir pour ramener la paix en Centrafrique doit être important, de l'ordre d'une dizaine de milliers d'hommes.


La force africaine (Misca) devrait compter à terme 3.600 soldats. La France pour sa part s'apprête à déployer un millier de militaires, après le vote d'une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU, attendue jeudi.


Les Etats-Unis ont promis 40 millions de dollars pour appuyer la Misca, a souligné M. Tiangaye, ajoutant que la contribution financière ou logistique de l'Afrique du Sud à la Misca serait beaucoup appréciée. 


Le Premier ministre a évalué les besoins de son pays dans le cadre du programme d'urgence à 670 millions d'euros. L'Union européenne a promis 50 millions d'euros pour l'aide humanitaire, les Etats-Unis 30 millions de dollars, a-t-il souligné.


M. Tiangaye est arrivé à Paris où il va représenter son pays au sommet de l'Elysée vendredi et samedi. Il a assuré qu'il n'y avait pas de problème majeur entre lui et le président Djotodia qui n'a pas été invité à Paris. Sur les questions sécuritaires, humanitaires et financières, nous sommes d'accord sur le contenu de mon intervention ici, a-t-il affirmé, parlant d'une gestion concertée et d'une transition qui doit être consensuelle et apaisée.



(©) 

 

 

 

Centrafrique: nouveau massacre à la machette, en attendant le vote d'une résolution de l'ONU

 

BANGUI (AFP) - 04.12.2013 20:44 - Par Michel CARIOU

 

Une douzaine de personnes ont été tuées près de Bangui, nouvelle poussée de violences inter-communautaires à la veille de l'adoption programmée d'une résolution de l'ONU qui ouvre la voie à une intervention militaire française imminente dans une Centrafrique en pleine anarchie.

 

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a dénoncé des "actes horribles, odieux". C'est un "massacre" commis par "un groupe de miliciens", les victimes étant "des Peuls, essentiellement des femmes et des enfants, qui ont été blessés et conduits à Bangui", a-t-il dit à Paris où il doit assister au sommet sur la paix et la sécurité en Afrique.

 

A une centaine de kilomètres au nord de la capitale - où la tension monte dans les quartiers à l'approche du vote à l'ONU, dans un climat détestable de suspicion et de soif de vengeance - au moins douze civils, des éleveurs peuls musulmans, ont été massacrés à la machette dans la nuit de lundi à mardi, selon des sources militaires.

 

Dix très jeunes enfants ont été sauvagement blessés dans la même attaque, aux membres ou la tête, eux aussi à coups de machettes, et étaient hospitalisés mercredi à Bangui, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

"On voit assez régulièrement des gens blessés à la machette, mais autant en une seule fois, on ne l'a jamais vu en Centrafrique", racontait, choqué, un infirmier du complexe pédiatrique de la capitale.

 

Les coupables désignés sont des membres de milices d'autodéfense paysannes, les "anti-balaka" (anti-machettes). Ces groupes ont émergé depuis septembre dans le nord-ouest du pays, en réaction aux exactions sans fin d'hommes armés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka - depuis dissoute - dirigée par Michel Djotodia qui a renversé en mars le président François Bozizé, arrivé au pouvoir dix ans plus tôt par un coup d'Etat.

 

A Damara, à environ 80 km à l'est de la capitale, les 30.000 habitants ont déserté la ville ces derniers jours, terrorisés, eux, par des "Séléka", intégrés pour certains dans les nouvelles forces de sécurité centrafricaines par M. Djotodia.

 

Les milices anti-balaka sont formées de paysans chrétiens, alors que les "Séléka" se revendiquent musulmans.

 

Pour mettre un terme à cet engrenage infernal de violences qui menace de plonger le pays dans une guerre civile et affecte déjà une grande partie des 4,6 millions de Centrafricains, le Conseil de sécurité de l'ONU va adopter jeudi un projet de résolution de la France - ancienne puissance coloniale - autorisant le recours à la force, ont indiqué mardi soir des diplomates à l'ONU.

 

"On ne peut plus attendre"

 

La résolution autorise la force africaine (Misca) sur place en cours de renforcement à se déployer "pour une période de douze mois" afin de "protéger les civils et de rétablir l'ordre et la sécurité par les moyens appropriés".

 

Selon M. Tiangaye, l'effectif des forces militaires qui s'apprêtent à intervenir en Centrafrique doit être "important", de l'ordre d'une dizaine de milliers d'hommes.

 

La résolution autorise aussi les forces françaises en RCA à "prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca dans l'exercice de son mandat".

 

Elle prévoit aussi la création d'une commission d'enquête sur les droits de l'Homme, un embargo sur les armes et la menace de sanctions contre les responsables d'exactions.

 

Son adoption donne le feu vert à une intervention militaire française, désormais imminente. Six cents soldats français sont déjà présents à Bangui, où depuis 2002 ils tiennent l'aéroport et sont prêts à évacuer si nécessaire les ressortissants européens.

 

Selon l'ambassadeur français au Nations unies, le contingent français en Centrafrique sera chargé non seulement de rétablir l'ordre dans Bangui, mais aussi de "sécuriser les axes routiers pour permettre un accès humanitaire".

 

L'armée française a baptisé son opération "Sangaris", du nom d'un petit papillon rouge. Pour les entomologistes du monde entier, la Centrafrique est en effet le paradis des papillons où, en saison, il suffit d'emprunter une piste forestière à la sortie de Bangui pour croiser des nuages de millions de ces insectes.

 

Mais pour les Centrafricains éprouvés dans leur chair par des mois de souffrances et de violences, l'heure n'est pas à la contemplation des splendeurs de la nature de leur pays.

 

De tous côtés de la population, les mêmes appels montent, résumés mercredi par une requête sur un ton de supplique d'un haut cadre de l'administration hospitalière: "les gens sont en train de mourir. On se tue. Il ne faut plus attendre. On ne peut plus attendre".

 

© 2013 AFP

Centrafrique/Peuls : le Premier ministre Tiangaye dénonce un massacre, horrible et odieux

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com