Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 22:06

 

 

 

 

 

 

http://www.liberation.fr  9 DÉCEMBRE 2013 À 21:23)

 

Les avions serviront à convoyer des troupes africaines en Centrafrique, où les forces françaises ont commencé ce lundi à désarmer les milices.

 

Les Etats-Unis vont mettre à disposition des appareils de transport C-17 pour convoyer des troupes africaines en Centrafrique à la suite d’une demande d’assistance de la France, a indiqué lundi le Pentagone.

 

Cette décision a été prise à la suite d’une conversation téléphonique dimanche entre le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian et son homologue américain Chuck Hagel, et Washington «continue de travailler à identifier des ressources additionnelles» susceptibles d’être mises à disposition de la Misca, la force africaine en Centrafrique, affirme le Pentagone dans un communiqué.

 

UN SOUTIEN À COURT TERME

 

«A court terme, la France a demandé un soutien en matière de transport aérien pour permettre aux forces africaines de se déployer rapidement pour empêcher que les violences ethniques ne continuent de s’étendre en République centrafricaine», plaide-t-il.

 

Quelque 850 soldats burundais doivent ainsi être transportés par deux gros porteurs C-17 dans les prochains jours, selon un responsable américain de la Défense. «Nous espérons commencer d’ici 24 heures», a indiqué à l’AFP ce responsable s’exprimant sous couvert d’anonymat.

 

A ce stade, la mission dévolue aux deux avions américains concerne exclusivement le transport des troupes burundaises et de leur équipement, une tâche qui devrait être réalisée en quelques jours.

 

L’Union africaine a décidé de porter sa force en Centrafrique (Misca) à 6 000 hommes, contre 3 600 initialement prévus, a annoncé samedi la présidence française à l’issue d’un mini-sommet à Paris sur la situation dans ce pays. Aucune date n’a été fixée pour le renforcement de cette force, qui ne compte actuellement que 2 500 hommes sur place, sous-équipés et mal entraînés.

 

EFFORT INTERNATIONAL

 

«Les Etats-Unis se joignent à la communauté internationale dans cet effort parce que nous pensons qu’une action immédiate est nécessaire pour empêcher une catastrophe humanitaire», justifie le Pentagone. Washington «continue de travailler à identifier des ressources supplémentaires» susceptibles d’être mises à disposition de la Misca, ajoute-t-il.

 

«Nous continuons de parler avec les Français et les partenaires dans la région pour voir de quelle façon nous pouvons soutenir le mieux la mission» de l’Union africaine, selon ce responsable.

 

Les Etats-Unis ont déployé depuis plus d’un an une centaine de soldats des forces spéciales pour une mission d’assistance aux troupes africaines chargées de la traque de la LRA (Armée de résistance du Seigneur) et de son chef Joseph Kony. Ces troupes sont basées en Ouganda mais sont amenées à évoluer jusque dans l’Est de la Centrafrique.

 

DÉSARMER LES MILICES

 

Le Royaume-Uni a de son côté également mis à disposition un gros porteur C-17 pour convoyer des équipements français vers la Centrafrique.

 

Lors de l’intervention française au Mali en janvier dernier, le Pentagone avait mis à disposition de Paris pendant plusieurs semaines des avions de transport ainsi que des avions de ravitaillement en vol ainsi qu’un soutien en matière de renseignement.

 

Sur le terrain, les soldats français ont entamé dans Bangui traumatisée par de récents massacres le délicat désarmement des milices et groupes armés promis par Paris pour rétablir la sécurité en Centrafrique. «Nous savions que nous pouvions aller sur quelque chose de très dur, je crois qu’en face ils l’ont compris», a affirmé le porte-parole de l’état-major, le colonel Gilles Jaron.

 

«En face», c’est-à-dire chez les combattants de l’ex-rébellion Séléka, le message très ferme du gouvernement français -«l’impunité est finie !»- semblait donc avoir été entendu lundi. Ces hommes en armes, qui, il y a quelques jours étaient partout dans Bangui, déambulant à pied ou sillonnant les rues à bord de pick-up bondés, étaient presque invisibles dans les rues.

Centrafrique : les Etats-Unis vont prêter à la France des avions de transport

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com