Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 21:27

 

 

 

 

 

AFP

Mis à jour le 13/12/2013 à 17:16

 

Les corps des deux soldats français tués lundi à Bangui sont arrivés à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle cet après-midi, selon des sources aéroportuaires.

L'avion militaire a atterri à 16H15, ont précisé ces sources. "Les corps des deux militaires ont été pris en charge par un service de pompes funèbres". Aucune cérémonie officielle n'a été organisée et les familles n'étaient pas présentes.

Un hommage sera rendu, en présence de François Hollande, lundi dans la Cour d'honneur des Invalides à Paris.


Les soldats de 1ère classe Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres, âgés respectivement de 23 et 22 ans, sont décédés des suites de leurs blessures à l'antenne chirurgicale de l'aéroport de Bangui.


Ils avaient été pris dans un accrochage à proximité de l'aéroport de Bangui, quatre jours après le début de l'opération militaire française Sangaris.


Le chef de l'État s'était recueilli mardi devant leur dépouille, lors de sa visite dans la capitale centrafricaine.


L'opération Sangaris est destinée à rétablir la sécurité dans le pays et à protéger les populations en désarmant milices et groupes armés. Quelque 1600 soldats français sont déployés, en appui aux 2500 soldats de la force africaine Misca.

 

 

 

Arrivée à Roissy des corps des deux soldats tués

 
Les corps des soldats de 1ère classe Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres sont arrivés à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle vendredi à 16h15 et ont été t été pris en charge par un service de pompes funèbres.  Aucune cérémonie officielle n'a été organisée et les familles n'étaient pas présentes, a ajouté cette source. Un hommage sera rendu, en présence de François Hollande, lundi dans la Cour d'honneur des Invalides à Paris. Les militaires âgés respectivement de 23 et 22 ans, sont décédés des suites de leurs blessures à l'antenne chirurgicale de l'aéroport de Bangui.

 

Il a assuré que les militaires français, accusés par la communauté musulmane de faire le jeu des chrétiens, étaient «impartiaux» et «le seront jusqu'au bout». 

Les forces françaises se «déploieront sur l'extérieur (de Bangui, Ndlr) pour sécuriser l'ensemble du pays (...) au fur et à mesure que les forces africaines se renforceront et que le calme se poursuivra à Bangui», a-t-il également expliqué, alors que l'Union africaine (UA) a formalisé la décision de porter à 6 000 hommes les effectifs de sa force en Centrafrique (Misca) qui est actuellement de 3 000 hommes.

 
Le ministre de la Défense devait s'entretenir avec le président centrafricain de transition, Michel Djotodia, ex-chef de la rébellion Séléka. Dans la soirée, il se rendra au Tchad, où il rencontrera le président Idriss Deby. 


Au bord de la crise humanitaire


«La spirale de l'affrontement s'est brutalement aggravée, ajoutant à la crise sécuritaire les prémices d'une crise humanitaire», a affirmé le ministre lors d'un discours devant 200 soldats français déployés dans le cadre de l'opération Sangaris. Qualifiant la Centrafrique de «pays à la dérive.»

Peu après l'intervention de Jean-Yves Le Drian, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a révélé que vingt-sept musulmans avaient été tués jeudi par des milices d'auto-défense chrétiennes, dites anti-Balaka, dans le village de Bohong, à 75 km de Bouar, à l'ouest du pays.

Centrafrique: les corps des 2 soldats sont arrivés à Paris

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com