Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 01:21

 

 

 

 

 

 

http://www.dhnet.be   BELGA  mardi 03 décembre 2013 à 19h43 

 

La France a approché la Belgique, tout comme une demi-douzaine de ses partenaires, pour leur demander de l'appuyer dans l'intervention qu'elle prépare en Centrafrique, un pays livré à une insécurité généralisée et menacé d'une guerre civile, a-t-on appris mardi de sources concordantes. "On examine de façon positive les demandes", a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l'agence BELGA en marge d'une réunion à l'Otan.

 

Ces demandes, portant notamment sur des capacités de transport aérien, sont principalement examinées au ministère de la Défense, qui se refusait pour sa part à tout commentaire.

 

M. Reynders a toutefois noté qu'il n'y avait "pas d'urgence", la participation belge à une opération en République centrafricaine (RCA) ne devant se concrétiser qu'"au début de l'an prochain".

 

Contrairement à ce qui s'était passé au Mali en janvier dernier, quand Paris était intervenu pour chasser les groupes islamistes armés qui s'étaient emparés du nord du pays, la France n'a pas demandé d'aide immédiate de la Belgique.

 

On s'achemine vers une éventuelle contribution belge à partir de la mi-janvier, à l'opération Misca (la Force africaine en cours de déploiement en Centrafrique) ou une éventuelle mission de l'Union européenne, selon une bonne source.

 

L'UE a d'ores et déjà exprimé sa volonté d'accompagner le déploiement de la Misca, tout d'abord au plan financier et de la planification de la mission.

 

M. Reynders n'a pas caché sa préférence pour une participation à une opération européenne.

 

La RCA vit depuis des mois au rythme d'affrontements entre chrétiens et musulmans, entre groupes "d'auto-défense" et ex-rebelles (parvenus au pouvoir en mars après avoir renversé le président François Bozizé), auxquels s'ajoute une forte poussée du banditisme dans la capitale, Bangui, où de nombreuses armes circulent.

 

Sur le plan humanitaire, la crise a provoqué le déplacement de plus de 400.000 personnes, et plus d'un million de Centrafricains, soit 20% de la population, sont menacés de disette dans les mois à venir, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Centrafrique : la France a demandé l'aide de la Belgique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com