Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 22:55

 

 

 

 

 

 

Le 22 décembre à 21h36 par Afp

 

L'armée française a confirmé dimanche soir qu'un accrochage a opposé dans la journée à Bangui un de ses détachements à un groupe sans doute constitué d'ex-rebelles Séléka (groupes armés musulmans), en refusant de donner un bilan chiffré des morts.

 

Selon des résidents musulmans sur place, trois combattants de l'ex-rébellion Séléka ont été abattus dimanche par l'armée française au cours d'une opération de désarmement dans un quartier nord de Bangui, ce qui a suscité des manifestations d'hostilité de musulmans contre l'opération Sangaris, nom de code de l'intervention militaire française en Centrafrique.

 

L'armée française "a été amenée à ouvrir le feu deux fois au cours de la journée, contre un groupe d'une demi-douzaine de personnes soupçonnées d'être des ex-Séléka et contre un tireur isolé", a indiqué à l'AFP le colonel Pascal Georgin, adjoint au porte-parole de l'état-major français. Dans le premier cas, les membres du groupe "allaient faire usage de leurs armes, qui étaient pointées contre nos troupes", a-t-il précisé.

 

Interrogé sur le nombre de morts, il a refusé de donner un bilan chiffré, sans contester qu'il y ait pu y avoir des morts, et a précisé qu'aucun soldat n'a été tué ou blessé. Le colonel Georgin a aussi confirmé qu'une manifestation d'une centaine de personnes avait eu lieu dans la capitale centrafricaine, et que "ce regroupement était clairement anti-français".

 

Une autre manifestation s'est déroulée en fin d'après-midi, sans que l'on sache si elle était anti-française ou non, a-t-il précisé. Selon un vidéaste de l'AFP sur place, cette seconde manifestation, clairement anti-française car la foule scandait "Non à la France" ou encore "Hollande criminel", a rassemblé plusieurs milliers de personnes.

 

Les deux manifestations "ont été dispersées par les forces de police de la Misca"(force africaine en Centrafrique), sans que les soldats français aient été "au contact" des manifestants, selon M. Georgin"Dans la journée, la surveillance par hélicoptères a été renforcée mais ceux-ci n'ont jamais ouvert le feu", a-t-il aussi indiqué. En fin de journée, la situation était à peu près redevenu calme à Bangui, a-t-il ajouté.

Centrafrique : l'armée française confirme un accrochage à Bangui ce dimanche

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com