Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 01:00

 

 

 

 

 

 

Bangui 2 DÉCEMBRE 2013 (AFP)

 

Aux abords de la piste et du parking de l’aéroport de Bangui, les engins de chantier de l’armée française creusent, nivellent, installent des réservoirs de kérosène. Objectif : adapter au plus vite les infrastructures aux besoins de l’intervention imminente en Centrafrique.

 

"Au Mali, on l’a fait en six heures.Ici, il faut cinq jours de travail", explique à l’AFP le lieutenant-colonel Fayeau, du Régiment de génie de l’air (RGA) d’Istres (sud de la France), spécialisé dans l’adaptation des infrastructures aéroportuaires aux besoins des militaires.

 

Avant de débuter les travaux, "on sonde la solidité du terrain pour savoir quel type d’appareil peut se poser", détaille le lieutenant Pierrot, du RGA.

 

L’aéroport international M’poko de la capitale centrafricaine a été construit sur un terrain marécageux, au sol mouvant.

 

Il est ancien et son parking est trop petit pour permettre d’une part aux avions cargos géants qui vont ravitailler la force française de stationner et de manoeuvrer sans gêner le trafic civil, et d’autre part pour accueillir notamment les hélicoptères qui seront basés sur le site.

Il faut donc l’agrandir avant le déclenchement de l’opération et, au préalable, stabiliser le terrain. Contrairement à d’autres pays du continent, en Centrafrique, il n’y a pas d’entreprises disposant du matériel adéquat et capables de mener à bien les travaux dans un délai si court.Dans un pays où l’économie est quasi à l’arrêt, même les matériaux de chantier (pierres, remblais...) se font rares.

 

Chicanes et missiles anti-chars

 

Impossible donc de sous-traiter le chantier à un contractant civil. Aussi, camions de chantiers, bulldozers, niveleuses, "tous les engins sont venus par avion" avec un détachement du génie, pré-positionné dans la base française de Libreville, au Gabon, dit le lieutenant-colonel.

 

Vétuste, l’aéroport de Bangui manque également de réservoirs de kérosène. Les militaires en installent donc deux supplémentaires, pour assurer l’autonomie en carburant "de tous les aéronefs" de l’opération.

 

Les travaux se déroulent juste à côté de la base du détachement de l’armée française Boali, présent en Centrafrique depuis 2002 avec pour mission de sécuriser l’aéroport et de préparer une éventuelle évacuation des ressortissants européens.

 

Avec le vote attendu dans les prochains jours d’une résolution du conseil de sécurité de l’ONU autorisant la France à intervenir militairement pour épauler la force africaine chargée de rétablir l’ordre dans le pays, livré aux exactions d’hommes armés depuis des mois, les 400 paras des troupes de marine de Boali jouent désormais en plus le rôle d’avant-garde.

 

Protégés, à l’unique entrée de l’enceinte aéroportuaire, par des guérites de sacs de sable et des chicanes de béton, leurs mitrailleuses lourdes tiennent en enfilade la longue ligne droite du boulevard menant à l’aéroport.

 

Sur le toit de l’aérogare, serveurs de missiles anti-chars et tireurs d’élite se relaient 24 heures sur 24 pour empêcher toute intrusion hostile, garantir l’ouverture de la piste au trafic et, dans l’attente du feu vert de l’ONU, éviter toute interruption dans le chantier d’aménagement de l’aéroport.

 

Ces 400 soldats ont été rejoints par un peu plus de 200 militaires français supplémentaires arrivés ce week-end à Bangui, selon le ministère français de la Défense.

Centrafrique : l’armée française réaménage l’aéroport de Bangui pour son intervention

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com