Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 18:52

 

 

 

 

                                                                                                                            

 

Chers compatriotes,

 

Avant de vous adresser cet appel, je profite de cette opportunité pour présenter tout d’abord mes vives condoléances aux familles  des victimes des évènements en cours en Centrafrique et particulièrement à celles des deux  vaillants soldats français morts pour notre pays, dans le cadre de la mission des forces françaises pour la restauration de la sécurité et de la paix en Centrafrique.

 

Je condamne très sévèrement les actes barbares ayant occasionné ces pertes humaines.

 

La République Centrafricaine notre pays vit les moments les plus agités, les plus sombres, les plus dramatiques de son histoire par la crise en cours.

 

La population dans son ensemble, aussi bien chrétienne que musulmane vit les conséquences de cette affreuse crise  présentée  à tort par les médias  internationaux  par son apparence  comme un  conflit interreligieux, à l’exemple de ce qui se passe ailleurs.

 

Cette qualification est certes inexacte. Cependant, rappelons-nous que la République Centrafricaine est un pays  majoritairement chrétien et à ce titre,  soutenons activement les actions de paix, de réconciliation, de tolérance, prônées depuis  le début de cette crise par les religieux centrafricains, notamment l’Evêque de BANGUI, le Président de l’Alliance Evangélique en Centrafrique  et l’Imam de BANGUI.

 

Ce sont ces actions qui, bien que n’étant pas soutenues par le pouvoir en place,  ont calmé, empêché pendant de longs mois l’explosion  des sentiments de vengeance, de représailles dans le pays, sentiments  réveillés brutalement par les récents actes odieux orchestrés à quelques heures du vote du Conseil de Sécurité des Nations unies concernant des mesures de sécurité et de paix en Centrafrique. 

 

Rappelons-nous que les principales caractéristiques d’un chrétien et surtout d’une nation majoritairement chrétienne sont l’amour, le pardon, l’absence de haine, de vengeance. Confions pour cela tout à la justice en dénonçant les vrais auteurs des crimes, viols, exactions, pillages vols, sans nous venger sur des personnes innocentes prises au hasard sur la base leur religion musulmane ou chrétienne, leur aspect vestimentaire, leurs lieux de résidence etc.

 

Les pillages des boutiques appartenant aux commerçants musulmans compliqueraient davantage la situation et surtout l’intervention salvatrice des forces françaises et africaines.

 

De la même manière que l’intervention française a été souhaitée et saluée par l’ensemble de la population centrafricaine, de la même manière, celle-ci doit aider dans un esprit le plus objectif possible les troupes françaises à désarmer aussi bien les SELEKA,  les  ANTI-BALAKA que tout détenteur illégal d’armes, ceci dans l’intérêt du retour de la sécurité et de la paix durables dans notre pays.

 

En effet, c’est maintenant que cette paix durable doit être bâtie avec le concours de toute la population pour la reconstruction du pays détruit par l’irresponsabilité de certains d’entre nous.

 

Cette irresponsabilité et cette trahison  qui ont consisté à s’appuyer sur la rébellion, elle-même soutenue par des mercenaires étrangers dans l’unique but  d’accéder au pouvoir  pour sa propre grandeur, ses propres intérêts, ont fait couler un fleuve de sang dans le pays, précisément le sang d’innocents centrafricains et détruit entièrement le pays.

 

Cette irresponsabilité et cette trahison ne doivent pas être impunies, la justice étant une forme d’éducation populaire et de réparation, au moins morale.

 

Ne perdons pas de vue que l’intervention française et africaine dans notre pays doit être accompagnée des conditions d’un retour à une paix durable en vue de la reconstruction nationale.

 

Par ailleurs, le volet politique de l’intervention nous incombe comme la sécurité, la paix durables, la reconstruction. Tout cela   dépendra de notre prise de conscience après cette crise par le choix des dirigeants qui ne doivent pas replonger le pays dans les affres dont les conséquences pèsent sur la nation toute  entière.

 

Ne tombons surtout pas dans le piège diabolique de sombres hommes politiques qui, par un incivisme criminel cherchent par tous les moyens à pousser  le peuple centrafricain à se balkaniser en chrétiens d’un côté et musulmans de l’autre.

 

Ayons le discernement nécessaire pour éviter le piège dont l’objectif politique est de semer la haine, la division, le chaos au sein de la population centrafricaine.

 

M’adressant particulièrement à la jeunesse centrafricaine, je rappelle que la gestion désastreuse des régimes qui ont eu à se succéder à la tête du pays jusqu’à ce jour  et principalement les deux derniers, ont mis son avenir en péril.

 

Il est donc temps que la jeunesse puisse avoir le discernement nécessaire pour comprendre que la crise actuelle n’est que la conséquence de cette gestion qui ne l’a jamais prise en compte dans un quelconque programme et qu’elle a l’impérieuse nécessité de prendre en main son propre destin à partir de la sortie de cette situation, en œuvrant activement au sein de la population pour préserver l’unité, la cohésion, la concorde entre musulmans et chrétiens afin de ne pas hériter du chaos, de la ruine que certains lui destinent.

 

Il est pour cela primordial pour la jeunesse de faire cesser les représailles en cours de part et d’autre, sensibiliser tout autour  d’elle en faisant sortir du chemin de la colère du moment, de la vengeance, de la division, du déchirement aux conséquences incalculables pour une nation dont les membres aussi bien chrétiens que musulmans ont toujours vécu en symbiose depuis des temps séculaires.

 

La nation ne pourrait jamais se reconstruire par des  sentiments de rejets réciproques et l’avenir de la jeunesse en pâtirait encore gravement.

 

Elle doit cesser de faire vendre sur les médias internationaux, l’image d’une jeunesse épouvantable et par voie de conséquence d’un avenir encore plus sombre de la République Centrafricaine.

 

N’oublions pas que de nombreux pays à travers le monde ont vécu des crises certainement plus dramatiques que la nôtre, mais ceux -ci ont réussi à les surmonter en plaçant l’intérêt supérieur de la nation au-dessus de tout, ce qui leur a permis de tout enterrer définitivement pour se développer ou se mettre sur la voie du développement.

 

Rappelons-nous que les principales caractéristiques d’un chrétien et surtout d’une nation majoritairement chrétienne sont l’amour, le pardon, l’absence de haine, de vengeance. Confions pour cela tout à la justice en dénonçant les vrais auteurs des crimes, exactions, pillages sans nous venger directement sur des personnes innocentes prises au hasard sur la base de leur religion musulmane ou chrétienne, leur aspect vestimentaire, leurs lieux de résidence etc.

 

Les pillages des boutiques appartenant aux commerçants musulmans compliqueraient davantage la situation et surtout l’intervention salvatrice des forces françaises et africaines.

 

De la même manière que l’intervention française a été souhaitée et saluée par l’ensemble de la population centrafricaine, de la même manière, celle-ci doit aider dans un esprit le plus objectif possible les troupes françaises à désarmer aussi bien les SELEKA,  les  ANTI-BALAKA que tout détenteur illégal d’armes, ceci dans l’intérêt du retour de la sécurité et de la paix durables dans notre pays.

 

En effet, c’est maintenant que cette paix durable doit être bâtie avec le concours de toute la population pour la reconstruction du pays, détruit par l’irresponsabilité, la trahison, l’incivisme  de certains d’entre nous.

 

C’est à nous et principalement à la jeunesse qu’il appartient désormais de faire preuve d’une plus  grande vigilance, d’une plus grande responsabilité afin de  créer ce nouvel environnement sociopolitique nécessaire à la remise sur le rail du pays tout en l’orientant vers un nouveau destin.

 

Je lance un appel pressant à toute la jeunesse centrafricaine afin de ne pas  voir le pays s’autodétruire,  en lui demandant de se mobiliser et  se constituer en :

 

1° comités de quartiers pour sensibiliser contre les représailles, les exactions, pillages et surtout prôner la  réconciliation, la coexistence pacifique entre chrétiens et musulmans ;

 

2° Comités de recherche et de dénonciation des  auteurs de crimes  tant chrétiens que musulmans dans l’intérêt de la justice, de la sécurité et de la paix ;

 

3° Comités  de recherche et d’informations sur les caches d’armes en les signalant discrètement aux forces compétentes ;

 

4° Comités de soutien aux actions des religieux afin de favoriser la réconciliation et le retour  d’une paix durable dans le pays.

 

Le danger que court le pays est également le fait de penser dans son inconscient, en suivant les médias internationaux qu’il y a un conflit entre chrétiens et musulmans.

 

Cela est totalement inexact car de nombreux exemples montrent que des musulmans ont bien caché des chrétiens pour les protéger contre leurs propres représailles et vice-versa.

 

Par ailleurs, imputer des actes barbares à des chrétiens centrafricains est à la fois inexact, insultant, dangereux, contraire aux actions entreprises par les religieux catholiques, protestants,  en collaboration avec l’imam de Bangui.

 

De même, considérer tous les musulmans comme  appartenant à SELEKA  ou les complices de cette coalition alors que beaucoup d’entre eux sont hostiles aux actes de celle-ci,  est également une erreur très dangereuse pour la cohésion nationale dans un contexte de vives tensions, d’atmosphère agitée.

 

Je demande par ailleurs  très fermement aux autorités en place de ne pas se préoccuper principalement  de la perspective de  la fin de leurs fonctions, mais de prendre leurs responsabilités pour répondre à la principale  aspiration actuelle  du peuple centrafricain qui est la paix, celle-ci étant conditionnée par la justice entre victimes et bourreaux.

 

Le nouveau destin de notre pays dépendra  surtout d’une prise de conscience et de la transformation profonde de notre propre mentalité.

 

Que Dieu sauve et bénisse notre pays.

 

Paris le 12 Décembre 2013

 

Emmanuel Olivier GABIRAULT

 

Personnalité Politique Indépendante, précédemment :                                                                                     

-Député de la ville de BANGUI ;                                                                                                                                                    

-Vice-président de l’Assemblée Nationale ;                                                                                                                                                                                      

-Ministre ;                                                                                                                                                                    

 -Maire de la Ville de BANGUI ; -Vice-président du Comité de Suivi du Dialogue national de 2003 (ayant démissionné du fait que les recommandations n’ont pas été appliquées par absence de volonté politique du pouvoir de l’époque) ;                                                                                  

-Initiateur et Vice-président  du Présidium du  Dialogue Politique inclusif de 2008 ;                       

-Président de la commission Internationale Coopération et Développement de l’Assemblée internationale des Parlementaires de Langue Française (AIPLF), Chargé de Mission Afrique et Membre du Bureau international ;                                                                                                                                                    -Président de la Fédération Centrafricaine  de Football ;                                                  ;                                                                                                                            

 -Président de l’Union des Fédérations de Football de l’Afrique Centrale etc..

APPEL  A TOUS LES CENTRAFRICAINS par Olivier Gabirault

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com