Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 21:20

 

 

 

POINT DE PRESSE

 

11/11/2013

 

Après les attaques de la ville de Bouar perpétrées le 26 novembre 2013 par des hommes armés dans le but de s’emparer de l’Aérodrome de Bouar,

 

La Présidence de la République, le Gouvernement de Transition, le Conseil National de Transition ont salué le courage héroïque des forces de défenses et de sécurité qui se sont battues pour non seulement stopper les velléités guerrières de ceux-là qui ont perdu le pouvoir mais surtout protéger les populations civiles.

 

Cette attaque de Bouar illustre bien plus, contrairement à une ligne de défense facile de certains commentateurs de l’actualité centrafricaine, que c’est une une nouvelle rebellion en gestation.

 

Depuis la prestation de serment de Son Excellence Michel DJOTODIA, une série de faits criminels à caractère militaire, minitieusement préparée à émailler la vie des centrafricains.

 

L’objectif recherché n’est que de donner une mauvaise image des autorités de la Transition.

 

Sur toute l’étendue du territoire, nonobstant des dommages collatéraux comme c’est le cas dans toute crise structurelle de groupes de personnes instrumentalisés se sont formés et prennent faussement le nom de Groupe d’Autodéfense ou d’Anti-Balakas une création de l’ancien Chef de l’Etat Bozizé, pour semer des troubles.

 

Appuyés par des militaires, ces groupes s’organisent, sachant qu’ils ne peuvent nullement engager des grandes manœuvres militaires aux fins d’assouvir leurs cyniques ambitions, tentent  de porter atteinte à la sureté intérieure et extérieure du pays par tous les moyens à saboter le processus en cours actuellement.

 

D’abord après avoir vainement chercher à alimenter le spectre de conflits interreligieux (chrétiens-musulmans), c’est autour des questions des Droits de l’Homme qui s’orientent l’essentiel des activités de ces groupes criminels et qui veulent faire porter la responsabilité pleine et entière sur les éléments des forces de défense et de sécurité. Des réunions se tiennent partout dans le pays et les commanditaires tant urbains que ruraux identifiés par les services compétents.

 

Des lieux de rassemblements comme les projets d’attaques tant diurnes que nocturnes sont répérés grâce aux concours des compatriotes épris de paix qui ont participé à ces réunions lugubres.

 

C’est dire qu’à l’heure actuelle les ennemis de la République, de la paix, de la réconciliation nationales sont à l’œuvre pour anéantir tous les efforts consentis. C’est ainsi que depuis plusieurs jours d’importantes caches d’armes ont été récupérées.

 

Dans la journée du 10 Novembre 2013 comme tout le monde le sait, certains militaires centrafricains à l’intérieur comme à l’extérieur ont à tout résister à l’appel lancé par le Chef Suprême des Armées, appel relayé par le haut commendement militaire, de regagner les casernes. Notons qu’ils perçoivent leur solde.

 

Au cours d’une opération de démantèlement d’un lieu de réunion dont sont impliqués certains militaires, un drame s’est produit.

 

Quelques heures d’intervalle, un ancien militaire français employé dans un projet d’assistance technique pour la protection de la Faune Centrafricaine a échappé à une tentative de braquage dans les environs du Stade 20.000 Places. Il est malheureusement blessé.

 

Notons que l’Avenue Conjugo entre Place des Nations Unies et Rond Point des Martyrs, l’Université de Bangui jusqu’à l’Hôpital Communautaire constituent la cible des bandits et autres criminels de tout genre à la solde d’individus déjà identifiés. Les autorités de Transition n’entendent nullement permettre à qui que ce soit de saboter la bonne marche de la Transition et de surcroit jeter du discrédit.

 

D’ores et déjà, des mesures tant sur le plan de la sécurité que de la justice sont prises pour renforcer la protection des biens et des personnes tant à Bangui que dans l’arrière pays.

 

G.S. KODEGUE

PROPOS LIMINAIRE DU PORTE-PAROLE DE LA PRESIDENCE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com