Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 01:09

 

 

 

 

http://www.lechorepublicain.fr  07/11/13 - 12H41

 

International centrafricain, Philippe Djada, 19 ans, a profité d’un stage de sa sélection en France pour fuir le chaos qui règne dans son pays. Il a demandé l’asile politique et vient de prendre une licence à Barjouville, en prénationale.

 

Il aurait dû disputer le championnat d'Afrique des nations, à la fin de l'été, en Côte d'Ivoire. Mais il a refusé de monter dans l'avion. Philippe Djada a préféré rester en France, où sa sélection nationale était venue se préparer, du côté de Grenoble (Isère). Cinq de ses coéquipiers ont fait le même choix. « Ma famille m'a interdit de rentrer à Bangui », raconte le jeune basketteur dans un très bon français.

 

« Chez moi, c'est la guerre »

 

En Centrafrique, où il est né et il a grandi, il affirme être « menacé. » Le régime a été renversé en mars, et depuis, la situation confine au chaos : pillages, viols, exécutions sommaires et déplacements de populations sont régulièrement dénoncés. « Chez moi, c'est la guerre, assure le jeune réfugié. Ma famille est en danger. Mes parents étaient fonctionnaires sous l'ancien régime, et surtout, nous sommes chrétiens. Or, les rebelles au pouvoir sont musulmans… »

 

De Grenoble, Philippe Djada a d'abord filé vers Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), où il a été hébergé quelques semaines par un de ses amis, étudiant. Puis, début octobre, il est venu rejoindre sa tante et sa cousine, qui habitent Mainvilliers. « Il est arrivé sans rien, sans aucune affaire », témoigne Daniel Cérèze, le coach de Barjouville, qui l'a pris sous son aile. Il l'a notamment aidé dans ses démarches pour obtenir des papiers. Le jeune homme a demandé l'asile politique. En attendant que l'administration se prononce sur son cas, il bénéficie d'un titre de séjour provisoire pour un an. « Sa situation m'a ému, poursuit Daniel Cérèze. C'est un garçon très attachant. On sent qu'il a été traumatisé parce qu'il a vu et vécu à Bangui. Et il est toujours très inquiet pour sa famille restée là-bas… »

 

« Devenir un joueur professionnel »

 

C'est un peu par hasard que Philippe Djada est venu taper à la porte de Barjouville. « Quand je suis arrivé ici, j'ai immédiatement cherché un club. Avec ma cousine, on a regardé sur internet et on est tombé sur Barjouville, raconte-t-il. On a téléphoné, je suis venu faire un test et ils m'ont gardé. Les gens du club me soutiennent beaucoup. Ils m'ont bien accueilli et je leur en suis très reconnaissant. »

 

À Chartres, le jeune Centrafricain compte poursuivre ses études. Lui qui était branché informatique va sans doute se lancer dans le commerce, avec un BTS. Et puis il y a le basket. Son moteur. Avec son double-mètre et son jeu spectaculaire, il espère bien percer dans le milieu. « J'aimerais être professionnel un jour », confie-t-il. Dans sa voix : l'espoir d'un jeune homme qui a déjà parcouru beaucoup de chemin…

 

Romain Léger


romain.leger@centrefrance.com

Lu pour vous : Basket : Philippe Djada a fui la Centrafrique pour trouver refuge à Barjouville

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com