Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 02:35

 

 

 

 

 

 

RFI  vendredi 29 novembre 2013 à 00:05

 

Environ 800 soldats sont attendus en renfort, pour porter à 1 200 le nombre de militaires français présents sur le terrain. Objectif : épauler la force africaine déjà sur place, pour enrayer le cycle des représailles, permettre le retour des travailleurs humanitaires, jusqu'à ce que la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) soit pleinement opérationnelle et puisse prendre en charge la sécurité de la RCA. L'armée française, en tant que « force relais », une posture qui à l'avenir pourrait être représentative des futurs engagements de la France en Afrique

 

En Centrafrique, la France veut frapper fort, à un moment décisif, avec des moyens dont les pays africains ne disposent pas nécessairement. « Il y a des choses que nous ferons tout seuls », précise-t-on à Paris, avant que les forces africaines ne prennent pleinement en compte la suite des opérations.

 

C'est ce qui était envisagé au Mali, avant l'offensive jihadiste de janvier dernier, c'est selon ce schéma que l'armée française compte désormais travailler sur le continent. L'armée française, en tant que force de « transition », voire d'accompagnement en opération, dans le cas de la RCA. Au ministère de la Défense, « on ne parle même plus d'opération de guerre ».

 

Avantage : les missions courtes mobiliseront moins de personnels et solliciteront moins de matériel roulant. En revanche, ce type de mission implique aussi une forte mobilité des éléments engagés en Afrique, des capacités de projection, et un réservoir de forces spéciales conséquent.

 

Du côté des partenaires africains aussi, des évolutions seront nécessaires. La France promet un renforcement du nombre de coopérants et de formateurs. « Nous n'allons pas les aider à acheter des gilets pare-balles, mais à augmenter leur capacité à gérer eux même la planification et la conduite des opérations », indique-t-on à Paris

 

Les organisations sous-régionales comme la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), et/ou la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) doivent notamment faire porter leurs efforts sur les structures de commandement, de renseignement et de soutien logistique, souvent qualifiées de déficientes.

Les objectifs de la nouvelle opération française en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com