Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 21:29

 

 

 

 

 

http://www.zonebourse.com   29/11/2013 | 20:30

 

La République centrafricaine, plongée dans le chaos depuis l'éviction du président François Bozizé au printemps dernier, demande la levée de l'interdiction de ses exportations de diamants afin de soulager son économie.

 

En mai dernier, deux mois après l'occupation de Bangui par les combattants rebelles de la Séléka, la Centrafrique a été exclue du Processus de Kimberley, dispositif international de certification des diamants destiné à lutter contre le commerce des "diamants du sang" servant à financer les conflits dans la région.

 

"Les diamants n'ont rien à voir avec la situation actuelle en République centrafricaine", a déclaré Herbert Goyan Djono-Ahaba, ministre des Mines dans le gouvernement de transition.

 

"Notre pays a été suspendu (du Processus de Kimberley) en raison des risques qu'il pouvait y avoir mais il n'y a aucune preuve que les diamants ont financé la guerre", a-t-il ajouté dans une interview accordée jeudi à Reuters.

 

Les diamants représentent une importante source de revenus pour le gouvernement de Bangui et l'absence de cette manne depuis plusieurs mois complique les efforts du gouvernement provisoire pour stabiliser la situation.

 

Selon Djono-Ahaba, le pays remplit toutes les conditions pour réintégrer le Processus de Kimberley mais aucun expert, selon lui, n'a daigné se rendre sur place pour constater les progrès réalisés.

 

L'organisation Partenariat Afrique Canada (PAC), membre du processus de Kimberley, affirme de son côté que le gouvernement de Bangui est bien loin de voir l'interdiction levée.

 

Alan Martin, un responsable du PAC, a précisé qu'aucune mission de vérification n'avait pu se rendre en Centrafrique pour des raisons de sécurité, le gouvernement ne contrôlant pas les zones minières.

 

La France prévoit de porter sa présence en Centrafrique à un millier de soldats dès qu'aura été adoptée une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu lui permettant d'appuyer la force de l'Union africaine en cours de déploiement. (voir: )

 

(Joe Penney avec Emmanuel Braun; Guy Kerivel pour le service français)

La Centrafrique veut pouvoir exporter de nouveau ses diamants

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com