Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 23:39

 

 

 

 


BANGUI - AFP / 17 novembre 2013 14h15 - L'assassinat d'un haut magistrat centrafricain, froidement abattu par d'anciens rebelles de la coalition Séléka, a provoqué des heurts qui ont fait deux morts civils dimanche à Bangui, a-t-on appris de source policière.


Deux personnes ont été tuées et d'autres blessées par balles dimanche alors que les habitants de ces quartiers (dans le centre de Bangui) protestaient contre l'assassinat du magistrat Modeste Martineau Bria et de son aide de camp, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat.


Les habitants ont érigé des barricades sur la voie et brûlé des pneus pour manifester leur mécontentement (...) Peu de temps après, des tirs des éléments de l'ex-Séléka ont été entendus provoquant la débandade et la peur dans ces quartiers, a expliqué la source.


Des éléments de la police, de la gendarmerie et des Séléka intégrés dans l'armée sont intervenus en fin de matinée pour rétablir l'ordre et effectuer des patrouilles. La situation était toujours tendue à la mi-journée, les manifestants ayant refusé de quitter la chaussée.


Une source à la gendarmerie avait annoncé plus tôt dimanche matin l'assassinat du magistrat et de son aide de camp par des anciens rebelles Séléka.


Le magistrat Modeste Martineau Bria, directeur général des services judiciaires, et son aide de camp ont été froidement abattus dans la nuit de samedi à dimanche au quartier Sica II (centre de Bangui), au moment où ils allaient quitter une buvette, par des éléments des ex-Séléka qui ont surgi à leur hauteur sur une moto et ont ouvert le feu, avait déclaré cette source sous couvert d'anonymat.

 
Les deux victimes ont été tuées sur le coup, avait ajouté la source, précisant que le motif de cet assassinat était inconnu.


Plusieurs actes de banditisme armé, oeuvres d'ex-rebelles, ont été signalés dans la capitale centrafricaine depuis le début du mois. Le parquet de Bangui a ouvert mercredi des enquêtes contre des auteurs présumés de violences qui se multipliaient ces derniers jours.


Les nouvelles autorités peinent à mener des opérations de désarmement et de cantonnement des ex-insurgés, accusés d'exactions à Bangui et en province.

La Centrafrique est livrée à une insécurité généralisée depuis le renversement du président François Bozizé le 24 mars par la coalition de la rébellion Séléka, aujourd'hui officiellement dissoute par son chef Michel Djotodia, investi comme président de transition le 18 août.


Des groupes d'autodéfense ont pris les armes contre les ex-rebelles, entraînant de nouvelles violences qui prennent un caractère communautaire, et ont provoqué le déplacement de dizaines de milliers de civils.



(©) 

 

 

Centrafrique : La population d'un quartier de Bangui dans la rue

 

BANGUI Dimanche 17 novembre 2013 | 23:26 UTC (Xinhua) - La population du quartier SICA 2 dans le 2e arrondissement de Bangui est depuis ce dimanche matin dans la rue pour protester contre l'assassinat samedi soir du magistrat Modeste Bria, ancien procureur de la République et actuel directeur général des services judiciaires, et de son aide de camp par les ex-éléments de la Séléka.

 

Les manifestants ont barricadé l'avenue de France 1 et brulé les pneus en signe de protestation. Pour les manifestants, il n'est plus question de dialoguer avec le pouvoir de Bangui, "seule la rue déterminera la suite", a confié à Xinhua un manifestant.

 

Les éléments des forces de défense et de sécurité tentent de maîtriser les manifestants pour éviter le débordement. Cependant, la colère devient de plus en plus vive, la population environnante quitte le quartier pour se mettre à l'abri des représailles. Modeste Bria a été assassiné samedi soir par deux hommes venus à port d'une moto, habillés en tenue civile dont l'un en grand boubou, parlant l'arabe. Ces hommes identifiés comme éléments de l'ex-rébellion de la Séléka ont tenté de braquer son véhicule.

 

 "C'est après une opposition qu'il a été assassiné vers 19 heure locale. Son compagne qui a tenté de le secourir a été aussi tué par ces hommes", a déclaré à  Xinhua un témoin. Le Directeur général de la police centrafricaine Alain Victoire Nabéza a annoncé à Xinhua que les malfrats sont déjà arrêtés et remis à la justice.

 

Depuis dimanche dernier, la ville de Bangui vibre au rythme des manifestations contre les exactions diverses des ex-éléments de la coalition rebelle Séléka qui brillent par les enlèvements, tueries et assassinats après huit mois de la prise de pouvoir le 24 mars 2013.

Centrafrique : deux civils tués dans des heurts après l'assassinat d'un magistrat

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com