Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 21:39

 

 

MOUVEMENT DEMOCRATIQUE POUR LA RENAISSANCE

               ET L’EVOLUTION DE CENTRAFRIQUE

                     M. D .R . E . C. Mbi Yeke Zo

                          Liberté – Persévérance – Progrès

                            Email : lepartimdrec@yahoo.fr

B.P 55 Km5, BANGUI – R.C.A. Tel. Fax (236) 61 51 69 Portable (236) 75.50.96.94

 

Bangui, le 14 octobre 2013

 

A

Monsieur Nicolas TIANGAYE, Président du CRPS,

Monsieur Martin ZIGUELE, Président du MLPC,   

Monsieur Louis Pierre GAMBA, Président du RDC – Bangui.

Objet : Le retrait du MDREC du Collectif                                                                                      

           de l’Opposition Démocratique.

 

Messieurs les Présidents,

 

Lorsque notre pays la République Centrafricaine se trouvait à la croisée des chemins à cause de la gestion familiale, clanique, mafieuse et despotique du Général d’opérette François BOZIZE, le MDREC avait proposé à tous les partis politiques d’opposition de se regrouper afin de mieux conjuguer leurs efforts.

Suite à cela, les partis politiques d’opposition : ADP, MLPC, UDPP, PATRI, RDC, ASD, CRPS, MDREC et l’association LONDÔ se sont regroupés pour donner naissance au Collectif de l’Opposition Démocratique qui rapidement est devenu un ensemble de forces politiques puissant et crédibles aux yeux des Centrafricains ainsi que de la communauté internationale.

Le 10 décembre 2012, lorsque la coalition rebelle SELEKA entama sa marche sanglante et dévastatrice comme un tsunami sur tout ce qui se trouvait sur son passage, les Chefs des Etats membres de  la CEEAC  ont porté leur choix sur le Collectif de l’Opposition Démocratique le 11 janvier 2013 à Libreville pour lui confier la gestion de la République Centrafricaine afin de sauver ce qui restait de notre pays.

Ainsi au lendemain de notre retour de Libreville, le samedi 12 janvier 2013, par acclamation le Coordonnateur Maître Nicolas TIANGAYE a été désigné à la soviétique par le Collectif de l’Opposition Démocratique pour occuper le fauteuil de Premier Ministre de Transition.

Cela a été entériné le 17 janvier 2013 à 14 heures 00, après moult tergiversation par un décret signé par le Général d’opérette François BOZIZE comme le voulait les accords de Libreville.

Aujourd’hui, neuf (9) mois après l’accord de Libreville, le bilan du Collectif des Partis Politiques d’Opposition Démocratique à qui la direction du gouvernement a été confiée par les Chefs des Etats de la CEEAC s’avère nécessaire et obligatoire avant de continuer ou bien de passer à une nouvelle dénomination.

Pendant que le Premier Ministre se trouvait à New York pour représenter la RCA à la 68ème Assemblée Générale de l’ONU, le Collectif de l’Opposition Démocratique s’était retrouvé au centre Joseph KOUCHEROUSET, le samedi 28 septembre 2013 pour l’adoption de la Charte portant création du Front pour l’Alternance et la Restauration de l’Etat de Droit (FARE) qui n’est qu’un simple retour au FARE 2011 et non une innovation nouvelle.

Les partis présents dont 8 sur 9 ont unanimement décidé du report de l’adoption de cette Charte. Ils estiment que cela ne se fera que lorsque le Premier Ministre Nicolas TIANGAYE reviendra de New York et après que nous aurons évalué le Collectif de l’Opposition Démocratique.

Ainsi, lorsque le Collectif de l’Opposition Démocratique s’est retrouvé à nouveau au centre Joseph KOUCHEROUSET, le samedi 12 octobre 2013, le MDREC estime que c’est pour évaluer le Collectif de l’Opposition comme il en était convenu le samedi 28 septembre 2013.

Malheureusement, force est de constater que le Premier Ministre qui a repris son costard de coordonnateur du Collectif, alors qu’il ne l’était plus s’est farouchement opposé à l’évaluation du Collectif surtout que les deux premières lui ont été

 

très négatives sur tous les plans. Il tient coûte que coûte à l’adoption de la charte du FARE qui n’est rien d’autre que blanc bonnet et bonnet blanc.

Fort des mensonges grossiers de : Etienne MALEKOUDOU et Jean Edouard KOYAMBOUNOU ses deux girouettes dont le principal souci est de suivre la course du vent TIANGAYE dans sa fuite effrénée en avant  sans pour autant, jeter un coup d’œil prudent dans le rétroviseur.

De retour des USA et après le compte rendu mensonger de ses deux sbires, le Premier Ministre a sciemment occulter la décision des 8 partis du collectif sur 9 qui avaient unanimement adopté le principe de l’évaluation du Collectif.

Pour quel intérêt notre amis Nicolas qui aime dire qu’il est Premier Ministre de la transition donc au-dessus de la mêlée puisse enlever son costard pour se jeter dans la mare et se déclarer coordonnateur du collectif et refuser aux 8 partis l’évaluation du Collectif de l’Opposition Démocratique ?          

Monsieur le Premier Ministre, étant l’un des neuf partis dont le vôtre qui vous ont désigné pour diriger la transition consensuelle et apaisée au lendemain des accords de Libreville et qui a décidé de s’engager à vos côtés dans le gouvernement d’union national de transition, le MDREC l’avait fait parce qu’il était convaincu d’apporter sa modeste contribution à la renaissance de la RCA et conduire le peuple centrafricain à une sortie de crise à travers des élections libres, crédibles et transparentes.

Pour y arriver, les acteurs de la transition et surtout le Collectif de l’Opposition doivent procéder à  l’évaluation à mi parcourt de la transition qu’il dirige surtout qu’à notre prise de fonction, le régime despotique de BOZIZE payait les salaires à terme échu et il restait de la RCA, un semblant d’Etat malgré la destruction des trois cinquième de son territoire par la coalition SELEKA.

Et aussi, lorsque le Collectif était arrivé au pouvoir : Bangui, tout le Nord-ouest et Sud-ouest de la RCA étaient épargnés des exactions des SELEKA.

Depuis que le Collectif de l’Opposition Démocratique tient le Gouvernement, il ne se passe pas de jours où les pires exactions, violations des droits de l’homme, pillages, enlèvements exécutions sommaires et égorgements des paisibles Centrafricains sont perpétrés par la SELEKA malgré sa dissolution ainsi que les antis BALAKAS qui exaspérés se retournent contre leurs frères.

Cette auto critique permettra au Collectif de l’Opposition Démocratique de se mirer dans une glace afin de corriger ses erreurs car, c’est lui qui tient les rênes du pouvoir de la transition amorcée depuis Libreville.

Ne pouvant aveuglément suivre le Collectif de l’Opposition Démocratique dans sa course folle vers une aventure politique sans issu et qui par un simple jeu de mots deviendra FARE, le MDREC, principal membre fondateur se retire du club d’amis qu’est devenu le Collectif et qui deviendra FARE.

Devant un tel manque d’honnêteté et de probité morale, la délégation du MDREC est sortie de la salle le samedi 12 octobre 2013, car nous avons compris que vous voulez faire de notre groupe, des gens qui doivent vous obéir, accompagner et servir comme des bourriques.

Monsieur KEZA KOYANGBO après le retrait du MDREC a déclenché votre courroux en exigeant la lecture du compte rendu de la réunion du samedi, 28 Septembre 2013 pour couper court aux grossiers mensonges de vos acolytes. Vous le lui avez sèchement refusé en lui demandant de vous définir un compte rendu.

Exaspérés par votre attitude anti démocratique : l’ADP, LONDÔ et UDPP ont emboité les pas aux quatre membres de la délégation du MDREC pour sortir parce qu’ils n’arrivent pas à vous ramener à la raison.  

Et avant de finir, le MDREC tient à rappeler à MALEKOUNDOU Etienne et KOYAMBOUNOU Jean Edouard qu’une vive altercation a éclaté le 28 - 09 - 2013 entre Francis OUAKANGA et BENDOUNGA au sujet de l’évaluation du collectif.

C’est suite à cela que, chacun des 9 partis était obligé de se prononcer sur la question et c’est ainsi que la majorité de 8 sur 9 (votre CRPS) s’est dégagée  pour l’évaluation du collectif et le report de l’adoption en exigeant votre présence parce ce que vous nous devez des comptes.    

Par la présente, le MDREC vous présente son retrait du Collectif de l’Opposition Démocratique qui deviendra par votre volonté et un simple jeu de mots : le Front pour l’Alternance et la Restauration de l’Etat (FARE).

Veuillez agréer Chers Messieurs, l’expression de notre haute et sincère considération.

 

Le Président du MDREC

 

Démocrate Joseph BENDOUNGA

Retrait du MDREC du Collectif  de l'ancienne opposition démocratique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com