Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 23:17

 

 

 

 

RFI   mardi 15 octobre 2013 à 07:00

 

Quelle forme pourrait prendre l'intervention de l'armée française en RCA ? Lundi 14 octobre, le président de la République a évoqué un risque de débordement de la situation. A Paris, on parle d'un risque de « somalisation », et on promet des renforts. L'armée française attend encore un mandat clair de la part des Nations unies pour lancer une opération.

 

Première étape : l'adoption, la semaine dernière, d'un texte à l'ONU soutenant le renforcement de la force africaine Misca.

 

Mais il faudra encore une deuxième résolution afin de pouvoir intervenir au titre d'une mission de maintien de la paix des Nations unies : sous casque bleu, mais avec un mandat robuste, c'est-à-dire autorisant l'emploi de la force.

 

Etat des forces

 

La France dispose déjà sur le terrain de 250 soldats au titre du détachement Boali, auxquels se sont ajoutés 150 militaires en renforts, en début d'année. L'armée française tient l'aéroport de Bangui Mpoko, permettant l'acheminement de nouvelles troupes dans la capitale et l'évacuation de ressortissants. De 400 militaires actuellement, le dispositif français sera renforcé d'ici la fin de l'année, pour passer à près d'un millier d'hommes.

 

Coté africain : quatre pays de la région (Tchad, Gabon, Cameroun, et Congo) se sont engagés. 2 100 militaires africains sont sur place, un demi-millier d'hommes supplémentaires devraient arriver dans les semaines à venir, pour porter la force à 3 500 soldats.

 

Vers un appui français ?

 

« La France n'est pas là pour se substituer aux troupes africaines, mais elle sera là pour les appuyer », rappelle le président François Hollande, en déplacement en Afrique du Sud, où le dossier centrafricain a été central au cour des discussions.

 

Sous quelle forme ? Aide logistique, force de réaction rapide pour aider les soldats africains en cas de coup de dur ou sécurisation en intervenant directement au contact contre les milices ? « Les scénarii sont sur la table, tout dépendra du mandat de l'ONU », avancent les militaires.

 

A (RE)LIRE : RCA: Laurent Fabius annonce l'envoi de troupes supplémentaires


  ZOOM : Le délicat travail d'identification des dépouilles en Centrafrique

Les affrontements en République centrafricaine entre partisans et adversaires de la Seleka, l’ex-groupe rebelle qui a mis fin au régime de François Bozizé, laissent dans la forêt plusieurs corps sans vie. Le CICR et ses équipes ramassent les corps et font l'inhumation avec l'aide de la Croix-Rouge centrafricaine. Mais au préalable, pour l'identification ultérieure, chaque corps est placé dans un sac mortuaire individuel et numéroté, les effets personnels ont été récupérés et des photos ont été prises pour permettre plus tard aux familles de reconnaître l'endroit où ont été enterrés leurs membres.

 

Georgio Georgiantas  Président du CICR en République centrafricaine

 

« On peut soupçonner qu’à un certain moment, si les conditions de sécurité s’améliorent et que les familles rentrent au village, l’une des premières préoccupations sera d’essayer de retrouver les corps de leurs proches… »

 

Quel type d'intervention française en Centrafrique?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com