Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 23:30

 

 

 

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr  11/10/2013

 

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, se rend dimanche en République centrafricaine, où la situation reste chaotique. Cette visite entend mettre en lumière la situation centrafricaine et impliquer la communauté internationale. Il s'agit de ramener à la raison les anciens rebelles de la Séléka, officiellement dissoute depuis l'avènement de son ancien chef, le président  Michel Djotodia.

 

Le dispositif français n'évolue pas pour l'heure avec 400 soldats sur place. Une compagnie du 21e RIMa (infanterie de marine) de Fréjus a relevé une compagnie du 16e bataillon de chasseurs de Bitche (photo armée de Terre du check-point à l'entrée de l'aéroport de Bangui).

 

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, a un mois pour présenter au Conseil de sécurité un rapport sur les possibilités d'un soutien à la MISCA, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, qui a remplacé le 1er août la MICOPAX, y compris sa transformation éventuelle en mission de maintien de la paix ", précise la résolution.

 

La MISCA ne compte que 1 400 soldats sur 3 600 prévus. L'Union africaine appelle les pays de la région à l'engagement. Un mandat de l'ONU, des casques bleus et les moyens financiers afférents pourraient attirer les bonnes volontés...

 

Laurent Fabius se rend à Bangui, où il rencontrera le président Djotodia qui a mis en fuite en mars l'ancien président François Bozizé : La Centrafrique, c'est un petit pays mais qui cumule toutes les difficultés et tous les malheurs. " On évoque 400 000 déplacés, des exactions aveugles et une situation humanitaire dramatique pour un million d'habitants au nord (sur 5 millions au total).

 

Le ministre s'entretiendra également avec les 600 Français restés à Bangui et les 400 soldats basés à l'aéroport. Pour l'instant, la présence militaire française ne change pas. La mission reste la sécurité de l'aéroport M'Poko de Bangui et la protection des intérêts et des ressortissants avec des patrouilles régulières.

 

Un plan d'intervention d'urgence est prêt de longue date (jusqu'à 700 hommes), comme fin mars lors du coup d'Etat où le dispositif était monté à 550 soldats grâce à des renforts venus de Libreville au Gabon. Un autre prévoit un large soutien d'une mission de maintien de la paix onusienne. Ce ne sera pas avant plusieurs mois.

 

Autour du 27e BCA (chasseurs alpins), une compagnie du 21e RIMa est arrivée le 2 octobre à Bangui pour relever les hommes du 16e BC. La France est depuis 2003 en soutien de l'opération africaine (MICOPAX devenue MISCA) sous le nom d'opération Boali.

 

Actuellement, la France veut surtout mobiliser la région, l'Afrique et l'ONU. Mettre en lumière le drame de la Centrafrique. Pas rejouer le Mali et le coup de l'opération Serval.

Centrafrique : relève française et visite de Laurent Fabius

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com