Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 23:08

 

 

 

 

 

 

Samedi, 27 Avril 2013 11:40 AEM – AFP  - BANGUI, République centrafricaine - L'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA), a décidé d'observer lundi une "journée sans médias", pour protester contre les pressions, menaces et pillages à l'encontre des médias, a annoncé à l'AFP l'un des membres du syndicat samedi.

 

"L'Union des journalistes de Centrafrique décide de faire de la journée du lundi 29 avril 2013, une journée sans médias sur toute l'étendue du territoire", a affirmé Faustin Bambou, directeur de publication du journal "Les collines de l'Oubangui" et membre de l'UJCA.

 

"Les journalistes et professionnels des médias, tant du secteur public que du secteur privé en République Centrafricaine, sont victimes de toutes sortes de pressions (...) Il y a aussi les cas de menaces de mort à l'encontre de certains d'entre nous, de même que de nombreux cas de pillages, de destruction de matériels et de biens, rendant impossible le travail des journalistes", a affirmé M. Bambou.

 

Selon lui, "les autorités ont gardé un mutisme complet sur tous ces actes. Et quand les autorités commencent à bomber le torse pour imposer la censure à la profession, eh bien cela pose problème".

 

Plusieurs sièges de journaux, leurs rédactions, ainsi que des stations de radio, dont Radio Centrafrique, la chaîne nationale, la station de radio privée Radio Ndéké Luka (RNL), la radio catholique Radio Notre Dame (RND) , Radio évangile Néhémie (REN), ont été pillées, fin mars, pendant la prise de Bangui par la coalition Séléka.

 

Le 27 mars, l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné le pillage des locaux de plusieurs médias centrafricains à Bangui, demandant aux nouvelles autorités de réparer les dommages occasionnés.

 

RSF, qui se dit "inquiète pour les conditions d'exercice du métier de journaliste" en Centrafrique, a demandé "au nouvel homme fort de Bangui, Michel Djotodia, de garantir aux médias le droit de fonctionner en toute liberté et sécurité".

"Journée sans médias" en Centrafrique : lundi pour dénoncer menaces et pressions

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com